La victoire des petites îles

12/12/2015 at 13 h 00 min

14h le 12 Décembre

l’accord est rédigé. il doit maintenant être analysé et accepté . Donc ne vendons pas la peau de l’ours……..

Dramatisation, engagement.

On peut dire « qu’ils ont mouillé la chemise » . Négociateurs, diplomates, chefs d’état,société civile ont fait un travail extraordinaire renversant même dans les dernières heures de la nuit les inquiétudes qui nous minaient hier soir. L’accord entre François Hollande et Laurent Fabius dans le ton adopté, signe une communication bien huilée. « Nous vous remercions de cet effort collectif » et « Vous êtes sur la dernière marche, il n’y a pas de sursis possible..Le 12 Décembre peut être une grande date pour l’humanité… La France meurtrie vous demande…L’histoire est là , l’histoire avance…Le monde retient son souffle« Que retenir pour l’instant ? D’abord l’ambition de l’accord: « universel, contraignant  et différentié ». Universel, parce que 196 ratifications sont attendues;  « vous êtes le monde » a dit le Président Hollande L’accord de Paris serait le premier engagement planétaire. Le mot d’historique n’est donc pas trop fort. Le protocole d e Kyoto ( il y avait moins d e monde) avait été signé entre pays riches. La dimension universelle de l’accord réconcilie également avec l’ONU et avec le multilatéralisme. Juridiquement contraignant: l’expression est fondamentale . pendant les quinze jours de négociations , elle est restée en suspend. C’est elle qui engage les états devant leur peuple et au respect de leurs engagements . D’autant que la demande d e révision des engagements tous les cinq ans , malgré l’opposition de l’Inde, obligera à mesurer les efforts , à les renouveler et à les accroitre.Elle signe les objectifs permet aux entreprises et aux collectivités territoriales de travailler sur le long terme. Nous sommes résolument entré dans une ère nouvelle , » un « momentum », une conjonction de planètes » Enfin l’accord est différentié. Cette notion qui après Kyoto avait été réclamé par les pays en développement pour rester fidèle à la Convention climat de 1992 a conduit les pays du Nord a reconnaitre leur responsabilité. Ils devront donc assurer davantage et aider les pays touchés. La question de la différentiation a été très controversée pendant les débats , car le monde change,  les équilibres économiques se modifient, et les pays riches auraient aimé voir les émergents prendre leur part de fardeau. la Chine par son engagement a joué un rôle très important .Pour l’Australie, par ailleurs gros producteur de charbon, hors de question de voir seuls les pays riches assumer ses efforts. « On a une position très ferme sur la question. L’Australie estime que tous les pays doivent prendre des mesures, qu’il faut des règles équitables et c’est ce que nous demandons », a indiqué la ministre des Affaires étrangères australienne, citée par Nouvelle-Calédonie 1ère. Enfin, et c’est l’inattendu du dernier round de débat, du plafond des 2° nous sommes revenus à celui de 1°5 , reconnaissant ainsi la demande des petites îles déjà fortement menacées. Un exploit diplomatique préparé par une année de voyages présidentiels sur les terres océaniques.

Une victoire diplomatique

Quelque soit l’issue d e la COP 21,  la victoire de ce matin, c’est à dire l’aboutissement à un texte d’abord, et à CE texte ensuite ,  est sans contexte une réussite diplomatique.La diplomatie française a bonne réputation; mais la manière dont a été gérée cette COP dans une telle période de crise ne peut qu’entrainer le respect . Ce que le secrétaire national de l’ONU Ban ki Moon n’a pas manqué de souligner. Pour les commentateurs, l’émotion d eLaurent Fabius après tout est un bon signe « il est habité! réagit le navigateur Jean Louis Etienne. C’est encourageant car toute l’année il va être aux manettes »

La déception des ONG

Seul dans son discours François Hollande a mentionné le prix carbone. Apparemment le texte n’en parle pas. Or c’est une des conditions sine qua non à tenir financièrement les paris annoncés. Rien non plus sur la nécessité de laisser les fossiles là où ils sont. Un signe cependant, les pays producteurs seraient aidés à entrer dans la diversification.

Dominique Martin Ferrari