LA NEGO AVANCE, MAIS LA QUESTION FINANCIERE BLOQUE

04/12/2015 at 14 h 54 min

Principaux émetteurs de gaz à effet de serre, la Chine et les Etats-Unis, par la voix de leurs présidents Xi Jinping et Barack Obama «ont eu des mots très clairs sur l’engagement de leurs pays dans la cause climatique», juge Laurent Fabius.«mais il faut accélérer le processus, il nous reste beaucoup de travail» avant que le projet d’accord ne soit rendu à la présidence de la COP 21, samedi à midi, en vue du «segment de haut niveau» lors de la seconde semaine.

Si pour Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot (FNH), «les choses avancent», d’autres estiment que ce n’est pas forcément dans le bon sens: sous leur atours volontaires, les discours des chefs d’Etat «n’ont pour l’instant pas d’impact sur les négociations sur le texte», juge Alix Mazounie, responsable des politiques internationales au réseau Action Climat France, selon qui «il y a toujours les mêmes points de blocage».

Notamment la question financière, qui s’avère «la plus difficile», juge l’Américain Alden Meyer, de l’Union of Concerned Scientists. Or «seule une finance climatique revue à la hausse et prédictible permettra d’avancer sur d’autres sujets importants, notamment sur l’atténuation et l’adaptation», ajoute-t-il.

La négociation  sur le sujet avait pris naissance entre deux blocs les pays pauvres et les pays riches. Entre temps les BRICS ou émergents ont pris leur envol et leur place dans les pays pollueurs

Est donc réclamée une « expansion du pool de donateurs post-2020 » Juste mais pas simple. L’Arabie saoudite tire parti de cette difficulté pour retarder le processus.

Autre sujet de discorde avant 20020 le spays riches veulent encore priviligier l’atténuation (réduction des gaz à effet de serre) les pays en développement et les îles veulent déjà des fonds pour l’adaptation (sous question quelle adaptation pour quel développement ?)

DMF ( sources valery Laramée de Tannenberg)