« Dette écologique », le combat du Pape François

01/07/2015 at 11 h 11 min

Pour la première fois, l’Église reconnaît que l’humain est responsable du réchauffement climatique. Il faut dire que le Pape se bat depuis 6 mois contre la Curie pour arriver à ce constat.

Du coup, il appelle à une conversion écologique.

Deux points d’accroche dans cette conversion :

– ce qu’on peut appeler « sobriété » dans l’utilisation de notre capital écologique ;

– la solidarité entre les pays du Nord et du Sud

Cette notion est très explicite dans cette lettre encyclique : les pays du Nord ayant une « dette écologique » envers les pays du Sud.

François va beaucoup plus loin : il parle de dialogue sur la façon de construire la planète, il évoque la possibilité de sanctionner les pays pollueurs avec la constitution d’une institution internationale.

Cette approche écologique est incorporée dans une perspective sociale.

Le Pape  est dans son rôle d’éveilleur de conscience, de défenseur des droits fondamentaux de l’humanité, des droits fondamentaux des défavorisés.

On assiste, et c’est une révolution, à une redéfinition du progrès, et à une redéfinition de la croissance.


Luc Laventure – clôture de l’émission 10h pour l’outre-mer