Les enjeux du Pacifique ? David Sheppard et Christian Lechervy répondent

20/04/2015 at 15 h 13 min

David Sheppard, Directeur Général du PROE et Christian Lechervy, Ambassadeur pour le Pacifique, ont rappelé d’une seule voix l’importance de l’alliance des pays de l’archipel du Pacifique dans la préparation de la COP 21.

C’est à la Maison de la Nouvelle Calédonie que le PROE et le Fond Pacifique ont rappelé leur objectif commun : unir les îles de l’archipel Pacifique pour faire entendre leurs voix et maximiser leur poids lors de la prochaine conférence climat. Le PROE, Programme Régional Océanien pour l’Environnement, est très actif dans la préparation de la COP 21. Il offre un programme de formations aux différents ministres, ainsi qu’aux organismes de presse, pour que chacun puisse représenter au mieux le Pacifique lors de la conférence climat. L’importance de cette formation va surtout s’axer sur les actions pour la convention climatique.

La contribution des Etats du Pacifique au gaz à effet de serre est de 0,03%. Pourtant, les pays de cet archipel sont les premières victimes des bouleversements climatiques. Christian Lechervy évoque le récent drame du cyclone PAM, qui a ravagé le Vanuatu.

En plus du coût humain, ces catastrophes naturelles engendrent d’énormes pertes économique et sur le plan de la recherche. Le Pacifique est un véritable laboratoire : il enrichit les organismes de recherche et répond à leurs besoins de connaissances sur tous les défis environnementaux. Des défis auxquels tous les pays sont confrontés : protection des réserves naturelles, adaptation environnementale et technologique, gestion des déchets, préservation des aires marines, etc. Mais cela ne s’arrête pas aux catastrophes: les eaux vont monter de deux mètres, et la température augmenter de quatre degrés.

D’où l’importance de préserver cet archipel et de construire, dans cet objectif, un accord convenable lors de la conférence climat.

À ceux qui s’interrogent sur la satisfaction des pays du Pacifique sur l’action du PROE, David Sheppard répond que si les problèmes ne sont évidemment pas tous résolus,  « les 42 états membres s’alignent dans le objectif d’arriver à un accord pour la COP 21 ».


Marie Delattres