Le Pacifique dans son ensemble est concerné

16/12/2019 at 21 h 14 min

La FAO et l’Académie chinoise des sciences des pêches renforcent leurs efforts pour contribuer à la durabilité des pêches et de l’aquaculture

Le partenariat vise la promotion des technologies et le renforcement des capacités à travers la Coopération Sud-Sud

16 décembre 2019, Rome – L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Académie chinoise des sciences des pêches (CAFS)  ont convenu aujourd’hui  de promouvoir la coopération et de renforcer les capacités et la durabilité des pêches et de l’aquaculture dans les pays en développement.

Le partenariat viendra appuyer le transfert des technologies et le renforcement des capacités, par le biais de la Coopération Sud-Sud, et soutiendra les efforts conjoints visant à faciliter la durabilité de la gestion des pêches et de l’aquaculture à l’échelle mondiale, en particulier dans la région Asie-Pacifique.

«En matière de pêche et d’aquaculture, la Chine est la première pratiquement à tous les niveaux», a déclaré M. Árni M. Mathiesen, Sous-Directeur général de la FAO chargé des pêches et de l’aquaculture, lors de la signature de l’Accord avec M. Wang XiaoHu, Président de la CAFS, au siège de la FAO à Rome.

«Il est donc évident que la coopération avec la CAFS est un atout important pour la FAO», a souligné M. Mathiesen.

Les pêches et l’aquaculture ont la capacité – quand elles sont soutenues et mises en œuvre de manière réglementée et respectueuse de l’environnement – de contribuer fortement à améliorer les vies et les moyens d’existence des communautés des pays en développement et à les aider à atteindre les Objectifs de développement durable des Nations Unies.

L’accord de la FAO avec l’Académie chinoise, laquelle est affiliée au Ministère chinois de l’agriculture et des affaires rurales, est un instrument important qui va dans le sens de cet engagement, malgré la menace grandissante du changement climatique.

Dans le cadre de cet accord, la FAO et la CAFS s’engagent à faciliter des séminaires et des ateliers conjoints, ainsi que l’échange d’informations et le transfert de technologies. Les partenaires fourniront leur appui aux initiatives pour la promotion de l’adaptation aux effets du changement climatique et de leur atténuation, et ils aideront à la construction de la résilience des pêcheurs et autres travailleurs du secteur, tout en renforçant leurs efforts pour améliorer la réglementation et la sécurité des produits de la pêche destinés au commerce régional et mondial.

La Coopération Sud-Sud – ainsi que la Coopération triangulaire qui implique des pays tiers et d’autres partenaires – rompt avec la dichotomie dentre les donateurs et les bénéficiaires et a été efficace dans la création de nouveaux emplois, dans la construction d’infrastructures et dans la promotion des échanges commerciaux.

À travers cette coopération, la FAO a facilité des échanges d’expériences techniques et de savoir-faire,  mandatant plus de 2 000 experts et techniciens dans plus de 80 pays d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique du Nord et ailleurs, au cours des 20 dernières années.

Cette année marque le 10ème anniversaire du Programme de Coopération Sud-Sud FAO-Chine (CSS) qui a bénéficié à plus de 70 000 personnes directement dans 12 pays en développement en Afrique subsaharienne et en Asie. Depuis que la FAO et la Chine ont mis sur pied  le Programme CSS en 2009, des experts chinois ont partagé leurs connaissances et leurs technologies avec des agriculteurs en Afrique et en Asie afin d’accroître la productivité et la durabilité dans des domaines tels que la production céréalière, la zootechnie, les pêches et l’aquaculture, ainsi que dans différents autres secteurs.