L’Autorité environnementale tacle le schéma régional biomasse de la Guadeloupe

22/09/2019 at 17 h 10 min
Jeudi 19 septembre 2019
L'Autorité environnementale tacle le schéma régional biomasse de la Guadeloupe
Pour atteindre ses objectifs, la Guadeloupe devrait avoir recours à des importations massives de biomasse.
 L’Autorité s’inquiète de la compatibilité du schéma biomasse de la Guadeloupe avec les orientations nationales.

L’Autorité environnementale (1) s’est penchée sur le schéma régional biomasse (SRB) de la région Guadeloupe, élaboré conjointement par le préfet de région et le président du conseil régional. La stratégie poursuivie reprend les objectifs fixés par d’autres planifications nationales ou locales, notamment l’autonomie énergétique de la Guadeloupe à l’horizon 2030, l’atteinte de 30 % de biomasse dans la production électrique de Guadeloupe en 2028 (visée par la programmation pluriannuelle de l’énergie), la valorisation de 317 000 à 330 000 t/an de biomasse supplémentaires d’ici 2030 (visée par la stratégie nationale de mobilisation de la biomasse).

PUBLICITÉ

« Le document présenté repose sur un état initial et une étude prospective des gisements disponibles et mobilisables de qualité, rappelle l’Autorité. Il démontre qu’aucun des objectifs ne pourra être atteint, malgré des hypothèses d’utilisation de la totalité du gisement mobilisable et de développement de nouvelles filières de production de biomasse. L’atteinte de ces objectifs rend inévitable le recours à des importations massives de biomasse, ce besoin devenant alors structurel et non temporaire. L’absence de moyens spécifiques dédiés à la mise en œuvre du SRB ne peut que compliquer encore l’atteinte des objectifs fixés. »

Une évaluation environnementale

L’Autorité environnementale (AE) recommande à l’État et au conseil régional « d’indiquer de quelle façon ils comptent assurer la compatibilité des plans régionaux et des orientations nationales ». Elle recommande, en outre, « de préciser le volume d’importation de biomasse sur la durée du plan et d’exposer les mesures qui seront prises pour éviter, réduire ou compenser les effets des importations ».

Tout en soulignant : « la motivation des acteurs qui ont élaboré ce schéma et le travail de qualité produit dans l’analyse des gisements », mais l’AE émet des recommandations « pour qu’une évaluation environnementale respectant les règles usuelles de l’établissement de ce type de document soit produite, au moins lors de la prochaine révision du SRB. Elle recommande également aux acteurs du SRB de clarifier leur position sur les projets de recours aux cultures énergétiques dédiées. »