Elisabeth Borne remplace François De rugy

17/07/2019 at 10 h 39 min

Si elle conserve son portefeuille aux transports,  elle perd la qualité de Ministre d’état.

Rien d’étonnant pour cette polytechnicienne , corps des Ponts c’est le retour aux dossiers de fond qu’elle connait bien , et aux réformes dont elle tient solidement la barre. Mais que va devenir l’écologie avec cette technocrate? Aura t elle le souci du systèmisme, difficilement engagé par ces deux prédécesseurs? Oubliera t on à nouveau l’idée que le développement durable doit être intégré à chaque décision ministèrielle, quelque soit le ministère?  Retour au dossier « dur » en silo.

E. Borne fût une femme de gauche avant de rejoindre LERM: tour à tour conseillère de L Jospin, de J. Lang, préfette de la région Charente Poitou (solide sur les dossiers d’hydraulique) et enfin directrice de cabinet de Ségolène Royal. Quelle sera sa position face aux taxes carbone elle qui conseillait une ministre anti « écologie punitive »!

Dans l’immédiat une lourde tâche: défendre la loi énergie climat en discussion au sénat (quelle force de frappe politique?) et la défense de la loi LOM sur laquelle elle travaille de longue date. Elle y défend la mobilité de proximité avec une bonne connaissance de l’urbanisme local ayant été à la mairie d eParis et ayant dirigé la RATP, mais n’oublions pas qu’au cours de sa réforme de la SNCF, elle a privilégié l’ouverture à la concurrence à la notion de service public, et supprimé de nombreuses lignes secondaires et grandes lignes fret.

D Martin Ferrari