Sénat : biodiversité atlantique. Guy Claireaux, le flétan à Saint Pierre et Miquelon

07/06/2019 at 15 h 44 min
  • Aux assises de la biodiversité 2 (façade atlantique) qui se déroulaient au Sénat jeudi 6 Juin , Guy Claireaux , chercheur , est intervenu sur la nécessaire mise en œuvre des recherches sur le flétan. On sait à quel point Saint Pierre et Miquelon a été victime de la disparition de la morue en 1992: écroulement économique mais aussi culturel d’une tradition vieille de 400 ans.
  • L’histoire nous dit aujourd’hui aussi à quel point ont été négligées les recommandations des scientifiques. Contrairement au déni des grands patrons de chaluts la morue a bel et bien disparu des eaux de Saint Pierre.
  • Aujourd’hui, Guy Claireaux chercheur à l’université de Bretagne, originaire de Saint Pierre, nous met à nouveau en gade. Il mène en lien avec IfREMER et les instituts de recherches quebecois un travail de repérages sur les stocks de flétan
  • Voir ci dessous un petit portrait
  • https://mom2.cap-collectif.com/pages/interview-de-guy-claireaux
  • Une vaste étude scientifique a débuté sur le flétan blanc et le flétan noir. Dès 1992 quand les stocks de morue s’effondrent les pêcheurs se replient sur d’autres espèces. Le flétan en fait partie d’autant qu’il ne fait l’objet d’aucun accord de pêche et personne n epeut répondre aux causes d’une courbe très accidentée des débarquements de l’espèce « d’où cela vient il ? Nous n’avons aucune méthode de gestion simple. Nous ne savons pas si nous devons nous adapter ou déjà nous réformer » explique G Claireaux.

Le projet de recherche Flamenco avec utilisation de balises satellites est mis en place par l’’institut maritime de St John’s, l’université de Québec à Rimouski et l’université de Bretagne à Brest . Ils ont signé un partenariat pour étudier l’espèce présente dans la région. Le projet est ambitieux : contrôle des habitudes alimentaires et migratoires, zones de reproduction…des balises ont été positionnés sur plusieurs spécimens.

https://la1ere.francetvinfo.fr/saintpierremiquelon/vaste-etude-fletan-noir-debute-eaux-archipel-631142.html

Au bout d’un an les données remontent . On apprend davantage du cycle d e l’espèce, des zones de grossissement et des périodes de ponte dont l’une est dans les eaux saint pierraises. Le chercheur plaide pour que la France s’interesse à cette espèce oubliée des accords européens et internationaux. La zone réclame à nouveau une collaboration partagée entre France et québec La pêche au flétan a diminué ces dernières années. Aujourd’hui, les prises sont souvent accidentelles, et ce sont souvent les jeunes flétans qui en font les frais, à tel point que la reproduction en est compromise, ce qui est d’autant plus problématique que le flétan est le poisson plat le plus prisé. Tant de prises accidentelles de flétans ont été faites dans l’est du Canada pendant la saison 2006, surtout lors de la pêche à la morue, qu’on y a momentanément interdit toute capture de flétan. La taille minimale permise de capture dans l’est du Canada est de 81 cm.

L’intérêt de la grande pêche pour le flétan


La pêche au flétan est ouverte toute l’année, sauf entre le 20 décembre et le 31 mars. Elle se pratique au filet, au chalut, avec une senne danoise …. Encore à la palangre pour les petits équipements

Le flétan est un prédateur qui se nourrit de poissons de fond comme le brosme, le cabillaud, le chabot et l’églefin, ainsi que de poissons pélagiques comme le hareng, le capelan ou le calmar. Gros poisson plat , aux deux yeux du même côté, on le trouve des deux côtés de l’Atlantique Nord, ainsi que dans les fjords et le long de la majeure partie de la côte de Norvège. Il nage à des profondeurs de plus de 500 mètres en hiver pour remonter plus en surface en été. C’est ainsi que la pêche est plus fructueuse au printemps qu’en automne. Les jeunes flétans blancs vivent dans des eaux relativement peu profondes, tandis que les adultes peuvent évoluer jusqu’à 2 000 mètres de fond. Les femelles peuvent pondre jusqu’à 3,5 millions d’œufs dans les profondeurs des bancs de pêche le long de la côte. Il atteint sa maturité à 18 mois. C’est le plus grand poisson plat du monde, son poids allant jusqu’à 300 kilogrammes et sa taille pouvant dépasser 2,5 m. Le flétan du Groenland n’aime pas les eaux chaudes. Souffrira t il des impacts du réchauffement ?

D Martin Ferrari