LANCEMENT DE LA STRATEGIE 5.0 POUR LES OUTRE MERS

09/04/2019 at 18 h 37 min

Profitant du 130° anniversaire de la tour Eiffel, Annick Girardin, ministre de l’Outremer présentait au 1° étage dans le salon Gustav Eiffel la trajectoire Outremer 5.0 devant un parterre d’élus, de chefs d’entreprises et d’associations. Pour tous ceux qui ont participé à l’élaboration des ODD, l’avis émis hier soir par la ministre est important « les dix sept ODD ne sont pas réservés aux Pays en développement. Ils nous concernent tous »

 

Effectivement ce n’est pas parce que les ODD (Agenda 2030, sept 2015) ont pris dans la bible onusienne la suite des objectifs du millénaire dont l’objectif principal était de conduire plus de terriens au développement, qu’ils vont dans le même sens. Même s’ils répondent aux défis mondiaux de la pauvreté, des inégalités, de la paix et de la justice, de l’égalité homme/femme, ils ont intégrés le changement climatique, la dégradation de l’environnement, la prospérité partagée, la protection des ressources . Ils doivent répondre aux urgences et préparer la Transition Ecologique (TE) Un développement certes, mais respectueux de la planète.

« La trajectoire outremer 5.0, c’est l’accompagnement des territoires pour atteindre cinq objectifs clairs : Zéro déchets, zéro carbone, zéro polluants agricoles, zéro exclusion, zéro vulnérabilité aux risques liés aux changements climatiques». Cinq cibles pour les rendre plus compréhensibles et surtout plus efficaces ; ils ont été déclinés durant les Assises de l’Outremer, intégrés au Livre Bleu « guide de la transformation ». Ils répondent déjà à une méthode, celle de la co construction sur les territoires, où ils ont été modifiés et adaptés aux spécificités des territoires ultramarins contraints à l’insularité, à l’isolement où les richesses en ressources marines ou en biodiversité sont immenses.

L’énumération de ces 5.0, pourrait dessiner une belle utopie.

Mais durant plus de deux heures, ministres, grands témoins, acteurs de progrès, entrepreneurs… ont décliné l’ambition que vise cette trajectoire. Ainsi Martin Hirsch après un hommage aux personnels hospitaliers si généreux et souvent ultramarins a proposé un service civique ou de jeunes volontaires, des missions valorisables dans un cursus ; ou Akuo, né à la Réunion et désormais actif à l’international dans tout le secteur du renouvelable qui propose d’être plus ambitieux sur la PPE….

L’intelligence du projet 5.0 est d’en avoir fait justement une stratégie dotée d’objectifs à atteindre. De quoi se prendre au jeu du défi, à condition d’y inclure la conclusion du message vidéo du Président de la République, «  Je voudrais ajouter comme sixième objectif, le zéro lâcheté, le zéro déni de responsabilité, le zéro refus de voir »

 

Ce refus de voir, il est justement intégré dans les politiques de développement prônées par l’Europe ou l’Hexagone qui souvent émettent des règles normatives non adaptées aux territoires tropicaux. Passer au développement durable sur ces territoires sous entend de casser les vieux modèles énergétiques, agricoles souvent surdimensionnés et calqués sur le modèles des fonctionnements hexagonaux Et c’est en cela, qu’en cette phase de réchauffement, l’Outremer peut devenir une nouvelle fois innovante, exemplaire.

Plusieurs acteurs des territoires sont venus présenter leurs innovations.

Pour accompagner les territoires dans cette dynamique et pérenniser les dispositifs déjà existants qui fonctionnent , une labellisation est prévue et un concours sera organisé pour remettre cinq prix aux projets les plus innovants de leur catégorie. L’AFD organisera des campus de développement et de formation, envisageant la promotion de 25 talents venus du privé ou du public. Des ateliers lanceront la co-construction de politiques publiques et de projets et dès 2019, des aides financières plafonnées à 200 000 euros aideront les entreprises ultramarines à atteindre un des 5 objectifs et un fond de 3M d’euros viendra soutenir les associations. L’ADIE s’est également engagée à doubler le nombre de micro crédits. Quant à la résilience et à l’adaptation, outils de lutte contre la vulnérabilité, elles vont trouver un chemin ultra marin dans le projet de loi en préparation sur les risques naturels

Il faudra désormais travailler en synergie.

Pas question par exemple de faire du zéro carbone , de couvrir l’espace en panneaux solaires si c’est au détriment de l’économie agricole territoriale. L’outremer va t elle être capable de nous enseigner l’équilibre, un avenir moins destructeur, plus autonome, plus respectueux des cultures ?

Les vidéos qui reprenaient « les mots des jeunes » étaient en ce sens révélatrices. Il semblerait que les questions que se posent ces jeunes de toutes les îles soient plus pertinentes parfois que celles de leurs ainés. Et leurs doutes aussi. Ils sont jeunes et pourtant traduisent la difficulté d’écrire leur avenir. Ecoutons les….

D Martin Ferrari

 

A SAVOIR:

La stratégie 5.0 définit une nouvelle manière de construire les outre-mer de demain en invitant les décideurs, les élus, les entreprises et les citoyens à concevoir un futur durable en outre-mer à travers cinq objectifs :

  1. Zéro carbone : des territoires « bas carbone » ; développement des énergies renouvelables
  2. Zéro déchet : des sociétés économes, voire préservatrices des ressources ;
  3. Zéro polluant agricole : des populations protégées des pollutions et des substances chimiques ;
  4. Zéro exclusion : des sociétés inclusives luttant contre toute forme d’exclusion ;
  5. Zéro vulnérabilité : développer des territoires résilients face au changement climatique et aux risques naturels.