Appel à projet Hydrogène

13/03/2019 at 15 h 36 min

(sources Le Monde de l’Energie)

En juin 2018, Nicolas Hulot, alors ministre, présentait le lancement d’un ambitieux plan hydrogène. Doté d’une enveloppe budgétaire de 100 millions d’euros par an (sur une période de 5 ans), ce programme vise à favoriser le déploiement de l’hydrogène dans les secteurs de l’industrie, de la mobilité et de l’énergie.

Conscient des avantages que représente cette ressource énergétique en plein essor au niveau mondial, legouvernement compte faire de l’hydrogène un des piliers du modèle énergétique français.

Mieux, le plan hydrogène vise également à soutenir et à conforter les performances de la filière française, en raison du potentiel écologique mais également économique de l’hydrogène.

C’est dans ce cadre-là, et comme annoncé dans le plan hydrogène, que le gouvernement vient d’officialiser le lancement du premier appel à projets hydrogène pour les acteurs industriels français.

L’hydrogène, une ressource importante pour notre transition énergétique

L’hydrogène, un des éléments chimiques le plus abondant de l’univers, est une ressource énergétique couramment utilisée dans le secteur de l’industrie sous forme gazeuse ou liquide.

Il est en effet utilisé comme matière de base pour le raffinage des produits pétroliers ainsi que pour la production de composants électroniques, de verre, d’engrais, d’ammoniac ainsi que pour le traitement thermique des pièces mécaniques.

Ces usages représentent des quantités d’énergie importantes pour notre territoire. Ce sont en effet plus de 900.000 tonnes qui sont consommées chaque année en France. Malheureusement, ces volumes énergétiques sont loin d’être vertueux car ils sont majoritairement produits à partir d’énergies fossiles polluantes.

C’est la raison pour laquelle le gouvernement souhaite favoriser la production d’hydrogène décarboné, c’est-à-dire issu de modes de production qui n’ont pas recours aux énergies fossiles et dont le transport est assuré avec des solutions d’acheminement vertueuses.

Dans le cadre de son plan hydrogène, la France ambitionne notamment de produire au moins 10% de son hydrogène à partir de ressources renouvelables d’ici  2023.

Favoriser la production d’hydrogène décarboné

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, et le Président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), ont annoncé le 26 février le lancement de l’appel à projets “Production et fourniture d’hydrogène décarboné pour des consommateurs industriels”.

Cet appel à projets, effectué dans le cadre de l’action Démonstrateurs et territoires d’innovation de grande ambition du Programme d’investissements d’avenir, vise à inscrire le développement de l’hydrogène comme une des priorités de notre transition énergétique.

Il s’agit également pour le gouvernement de favoriser la compétitivité de la filière en soutenant l’activité des industriels tricolores soucieux de leur bilan carbone.

En effet, cet appel d’offres s’adresse aux entreprises qui souhaitent investir dans des équipements de production d’hydrogène décarboné pour verdir leurs processus industriels (chimie, électronique, verrerie, agroalimentaire…).

L’appel à projets, accessible sur le site de l’Ademe à cette adresse, est ouvert jusqu’au 18 juin prochain. Le gouvernement a annoncé la mobilisation d’une enveloppe de 50.000 euros pour le soutien financier des projets retenus.

L’hydrogène, une solution pour le transport

En plus de favoriser le déploiement des énergies renouvelables et le stockage de leur production, l’hydrogène apparait également comme une nouvelle solution pour favoriser la démocratisation de l’électromobilité.

Les véhicules équipés d’une pile à combustible peuvent en effet être propulsés grâce à l’électricité produite à partir d’hydrogène et d’oxygène. Une technologie relativement respectueuse de l’environnement car non responsable d’émissions de gaz à effet de serre.

Cette technologie intéresse depuis plusieurs années les acteurs du transport soucieux de réduire leur empreinte carbone. C’est notamment le cas d’Air Liquide, Idex, STEP et Toyota qui ont annoncé le 21 février la création d’HysetCo, une joint-venture qui ambitionne de démocratiser les taxis à hydrogène en France, notamment via la mise en place d’un véritable écosystème autour de la mobilité à hydrogène.

L’objectif d’HysetCo est simple : atteindre une flotte de 600 taxis à hydrogène en Île-de-France d’ici 2020.

L’idée des quatre nouveaux partenaires est de venir renforcer la flotte de Hype!, une société de taxis à hydrogène qui opère à Paris et sa région depuis 2015. Ce ne sont pas moins de 500 Toyota Mirai qui devraient à ce titre être mises en circulation dans les deux prochaines années.

Air Liquide, Idex, STEP et Toyota comptent également améliorer le système de distribution d’hydrogène via l’installation de nouvelles bornes de recharge.

Et ainsi prouver que la mobilité hydrogène est un modèle économiquement viable pour assurer de manière intensive le transport de personnes.