TOTAL SE RETIRE DE GUYANE

04/03/2019 at 10 h 14 min

TOTAL SE RETIRE DE GUYANE

L’affaire dure depuis quelques années. Avant la loi Hulot interdisant les extractions pétrolières, Total avait obtenu un permis d’exploration qui selon le droit minier français autorise ensuite à l’exploitation. Malgré une forte mobilisation Total a lancé son exploration et vient de se retirer faute de pétrole. Reste à boucher le trou……

L’affaire dure depuis quelques années.

Avant la loi Hulot interdisant les extractions pétrolières, Total avait obtenu un permis d’exploration en 2001 qui selon le droit minier français autorise ensuite à l’exploitation. Malgré une forte mobilisation (7 173 avis contre : https://www.liberation.fr/planete/2018/10/24/guyane-malgre-7-173-avis-defavorables-total-autorise-a-mener-une-campagne-d-exploration-petroliere_1687488) Total a lancé son exploration car il était impossible de régir juridiquement

La mobilisation avait cependant était forte (si vous voulez en retrouver les différentes étapes, voir http://www.une-saison-en-guyane.com/tag/total/) On avait d’abord noté les refus d’explorations brésiliennes, puis ce fût la campagne de greenpeace sur le site corallien : une fin de barrière à 20km du site d’exploration, et une réaction de la CNDP , Chantal Jouanno se plaignant de ne pas avoir été saisie du dossier. Mais le 11 Octobre 2018, deux décrets étaient publiés signifiant l’accord du préfet et ce malgré une confirmation d’un manque d’expertise technique sur les forages en eaux profondes.

Le recours en référé devant le tribunal administratif de Cayenne rejeté, dès la mi décembre 2018, Total ouvrait son premier puits d’exploration en zone centrale car cinq forages avaient déjà été réalisés entre 2012 et 2013 sans aucun résultat. Pour la partie centrale Total annonçait un potentiel de 500 à 1.000 millions de barils. Mais le couperet est tombé : Mercredi 27 Février Total annonce la fin « des opérations de forage » exploratoires faute de résultats : « Nous n’avons pas trouvé d’hydrocarbures en effectuant ce forage et nous avons arrêté les opérations en début de semaine. Nous sommes très déçus par ce résultat », a déclaré ce mercredi 27 février Olivier Wattez, le directeur général de Total Exploration et Production Guyane Française (TEPGF) « notre permis d’exploration s’éteint le 1er juin. Demander une extension de ce permis ou un autre permis d’exploration, ce n’est plus possible depuis la loi Hulot de décembre 2017. Pour pouvoir prétendre à une concession, il aurait fallu faire une découverte », a répété M. Wattez avant de glisser : « Je pense même qu’il s’agissait du dernier puits d’exploration en France. »

François de Rugy déclare : « Aujourd’hui se tourne à jamais la page de l’exploitation du pétrole en Guyane. Le dernier dossier antérieur à la loi hydrocarbures de 2018 est donc clos. Finis les forages et leurs effets désastreux sur le dérèglement climatique et la biodiversité. Un grand jour pour l’écologie ! « et les ONG dont les Amis de la Terre saluant « une grande nouvelle pour les populations, la biodiversité et le climat » Le premier forage ayant été non concluant, les quatre autres n’auront pas lieu.

Pour la CTG qui continue de rêver , c’est un coup dur. Recevra-t elle les dix millions d’euros que devait lui verser Total en cas de réussite du projet ? L’entreprise assure qu’elle respectera ses engagements. Et comme l’indique Guyaweb : « Total a d’autres obligations qui l’attendent : reboucher le trou d’une profondeur de 5000 mètres et rendre un rapport environnemental. » C’est à la DEAL de s’assurer du bon déroulement des travaux.

A suivre…

D Martin Ferrari