Annick Girardin à Montpellier

19/02/2019 at 12 h 14 min

Accompagnée de Jean Marc MORMECK (délégation interministérielle pour l’égalité des chances des français d’outre-mer) , la ministre des outre-mer Mm Annick Girardin vient de passer deux jours à Montpellier

Dimanche soir c’est devant un parterre d’une centaine d’ultramarins vivant dans l’Hérault qu’elle ouvrait le dialogue.

 

Si derrière elle sur l’ écran était affichée l’annonce du Grand Débat, elle a immédiatement recadré le sujet « Nous venons de passer six mois en concertation dans le cadre des assises. 25 000 personnes ont participé, plus de 2000 projets ont été identifiés. Les deux sujets les plus souvent revenus dans les débats sont la question de la transparence et de la vie chère. On comprend donc que le grand débat soit moins suivi Outre mer. Actuellement, 171 cahiers citoyens circulent. En fait, on avait fait le grand débat avant le grand débat et déjà aujourd’hui 50 citoyens sont tirés au sort à la Réunion , il y aura au moins deux représentants par commune alors que le principe n’a pas encore été testé en métropole »

Et d’énumérer alors les premières mesures en place sur l’exonération des charges pour les entreprises, pour l’emploi, pour la transparence des prix et la concurrence, les actions contre la pauvreté… « Soyons fiers des solutions apportées dans les outre-mer. On est le véritable couteau suisse de la France. Montrons le »

Comme elle l’avait fait à Paris lors de ses vœux, elle a présenté son plan 5.0 : « Zéro déchet, zéro carbone, zéro intrant chimique, zéro exclusion et zéro vulnérabilité ». Pour 2030. L’enjeu est donc colossal et pour y parvenir la Ministre a travaillé sur les 27 objectifs du développement durable avec la volonté de les confronter aux situations ultra marines.

Sont venues ensuite deux heures de discussion et de tentatives de réponses aux questions.

Notre première remarque : le mauvais état de l’information. Les questions relèvent parfois de la caricature, du fake news ou plutôt du retard sur l’évolution de la situation. Quelle information est elle donc véhiculée par les medias de l’hexagone (autour de la mine d’or en Guyane, de la loi agriculture et alimentation et de son application en outre mer, autour de la question des pesticides ou de la pêche, ou même du traitement des sargasses ….) ?

Ensuite sont venues les grandes revendications : la mobilité qui ne fonctionne que dans un sens et rend le retour au pays difficile aux jeunes entrepreneurs, le poids des lobbies, des monopôles historiques, la continuité territoriale, la question des logements, des stages le prix des billets (on oublie que le kérozéne n’est pas taxé à son juste prix et que l’application de la lutte contre le cO2 devrait faire augmenter le prix des billets) … Souvent , «  on veut les mêmes droits que l’Europe mais sans les devoirs, on veut être RUP et on regrette d’être européanisé… » La demande est forte concernant la vie chère et la demande de concurrence également « je m’étonne du fait remarque la ministre, que l’on ne souligne pas assez les contraintes : contraintes de débouchés, de normes européennes, environementales ..Vous comparez le prix de la salade venue de Colombie à celle produite à Cayenne. Pensez -vous que le producteur guyanais accepte d’être payé au prix du producteur colombien ? »

Plusieurs dossiers questionnent  l’assemblée:

  • celui de la reconduction de l’octroi de mer
  • celui de la montagne d’or : « à titre personnel je suis contre… Mais si les élus la veulent ? Un referendum ? »
  • celui de la Réunion qui a voulu ressembler à une région métropolitaine « c’est son choix, pourquoi pas un referendum sur l’amendement Virapoullé ? »
  • celui de la relance de l’accompagnement de l’état pour Mayotte et la Guyane ( à leur demande)
  • celui de l’éclatement de l’université antilles guyane « y a t il désormais suffisamment de poids pour attirer la recherche ? »
  • que sera LADOM demain ? « Nous devons travailler autrement ; cartographier les zones métropolitaines d’influence »

En conclusion, la ministre a rappelé que ce quinquennat avait acté 500M pour accompagner les régions, qu’elle travaillait quotidiennement à simplifier le mille feuilles administratif, à soutenir davantage les initiatives.

Lundi , avec les associations Mozaik Outre-mer et solidarité Dom Tom Herault, Annick Girardin rencontrait les grands laboratoires montpelliérains : CIRAD, IRD, IFREMER à Agropolis afin de réfléchir à quelle recherche Outremer pour demain ?

Dominique Martin Ferrari