Pissiculture ou aire marine protégée?

07/01/2019 at 10 h 45 min

https://www.tntv.pf/Les-parcs-a-poissons-de-Turipaoa-laissent-place-a-une-zone-marine-protegee_a29884.html

Les parcs à poissons de Turipaoa laissent place à une zone marine protégée

 

Dimanche 6 Janvier 2019 à 11:46 | Lu 345 fois

 

TUAMOTU – La nouvelle zone marine protégée de Manihi entoure tout le village de Turipaoa, où plus de 700 habitants vivent dans ce coin réputé très poissonneux. Les habitués du plan d’eau ont donc rangé leur fusil de pêche et ont commencé à démonter leur parc à poissons, ce qui ne se fait pas sans quelques contestations. D’ici l’année prochaine il ne doit plus y avoir de parc dans cette zone.

 

Les parcs à poissons de Turipaoa laissent place à une zone marine protégée

Milton Faura est l’un des trois derniers propriétaires de parc à poisson qui doit suspendre son activité avant la fin de l’année. Mais encore aujourd’hui, il s’oppose à cette décision de la commune. Sa famille pêche dans cette zone depuis plus de quatre générations. “Je ne suis pas d’accord d’arrêter les parcs à poissons au village. Mon grand-père a nourri sa famille grâce à cette activité, mon père a fait de même pour nous et aujourd’hui, mes enfants s’occupent du parc. Je propose de déplacer cette zone protégée plus vers l’intérieur ou à la limite, de couper la zone actuelle en deux. Nous sommes trois encore en activité aujourd’hui, si nous cédons, une page de l’histoire de Manihi sera tournée », explique Milton

De son coté, Joachim Pihaatae ancien propriétaire de parc à poisson, s’est plié de bonne grâce à la nouvelle réglementation. « J’ai accepté car toute la population était d’accord. Cela m’oblige à changer ma technique de pêche. » Les familles peuvent pêcher à la ligne aux alentours du village, ou alors sortir à 300 mètres de la passe pour traquer le poisson.

L’atoll de Manihi à fait le pas pour préserver son environnement. Un choix difficile qui semble avoir divisé les habitants. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, sur cette île des Tuamotu, la canne à pêche à de loin, remplacé le fusil de pêche. Beaucoup entament également des repérages dans le lagon pour trouver de nouvelles zones et reconstruire un parc dans l’urgence. Car à Manihi, on mange peu de poisson depuis le mois de janvier, et cela manque à la population.

« Comme nous n’avons plus de parc, on est obligé de repérer des endroits pour en installer d’autres en dehors de la zone protégée. Mais ce ne seront pas des parcs comme avant. Ceux-ci auront moins de poissons. », assure Tapu Faura, ancien propriétaire de parc à poisson

Aux Tuamotu, il y a plusieurs autres atolls comme Manihi où les parcs à poissons, situés aux abords des villages, se remplissent quotidiennement. Les atolls de Tikehau et Arutua, pour ne citer que les plus connus, suivront-ils l’exemple de Manihi, dans un futur proche ? Affaire à suivre.