La nouvelle Calédonie reste française

04/11/2018 at 16 h 01 min

Il reste désormais à la France de s’intéresser aux habitants du caillou et de poursuivre l’aide à leur développement: En Nouvelle-Calédonie, 14 % des emplois sont encore liés à l’exploitation du nickel, sans compter les salariés du bâtiment et travaux publics dopés par la construction de deux usines de taille mondiale ces dernières décennies. Cette dépendance au nickel est encore plus grande sur la côte Est de Grande Terre (Kouaoua, Canala, Thio), où l’extraction minière est particulièrement intensive. Or autonomie et mono industrie vont mal ensemble .

Pour maintenir le processus de paix engagé il y a trente ans , le dossier géopolitique va aller en s’alourdissant face à une Chine expansionniste. Si elle tient à garder « l’esprit de dialogue et de responsabilités » cultivés à la celle de ce referendum, l’implication de la France dans les négociations indo pacifique va devoir grandir. Et cela commence cette année avec les négociations sur la Haute mer et le bilan Nagoya pour 2020