La Dominique interdit le plastique

19/09/2018 at 17 h 47 min
FIGARO DEMAIN – Alors que la France est en passe d’interdire certains produits en plastique à usage unique, l’île des Caraibes veut devenir un modèle en la matière en étant la première nation à résister au changement climatique. Cette interdiction d’objets en plastique est le premier pas vers une politique écologique ambitieuse.

Une petite île des Caraibes pourrait être une source d’inspiration pour de nombreux pays, dont la France. Alors que les députés français ont récemment voté l’interdiction des «couverts, piques à steak, couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladier, boîtes» dès 2020, La Dominique est allée encore plus loin. Ce pays de 754km2 situé entre la Guadeloupe et la Martinique a banni de ses terres tous les objets en plastique à usage unique à compter du 1er janvier 2019. La petite île est ainsi le premier pays au monde à prohiber les pailles, plaques et couverts en plastique ainsi que les tasses et récipients en polystyrène, particulièrement néfastes pour l’environnement.

«Conformément à la volonté du gouvernement de créer la première nation au monde à résister au changement climatique, avec notre surnom d’«l’île de la nature» et notre engagement à protéger la Terre Mère, un certain nombre d’objets considérés comme nuisibles à l’environnement seront interdits, à compter du 1er janvier 2019», a ainsi annoncé cet été le pays via un Tweet.

 Sanctuaire pour les cachalots

La petite île qui cultive une image écotouristique a déjà pris une série d’initiatives pour préserver l’environnement. Le pays a restreint l’importation de contenants non-biodégradables afin de limiter leur distribution dans les magasins. «La Dominique est fière d’être considérée comme «l’île Nature», a déclaré le premier ministre, Roosevelt Skerrit. Nous devons tout faire pour mériter ce surnom et en faire une réalité. La gestion des déchets solides est un problème qui nuit à cette perception et nous devons poursuivre nos efforts pour en venir à bout».

Après avoir été touché de plein fouet par l’ouragan Maria et avoir été spectateur des conséquences du changement climatique, le premier ministre incite le monde entier à agir pour préserver la planète. Avec cette mesure exemplaire, le petit pays estime qu’il «a une occasion unique de devenir un modèle pour le monde entier, un exemple qui montre comment une nation tout entière peut se relever après un désastre et résister au changement climatique pour l’avenir», a ainsi lancé le chef de l’État.

L’île à la faune et la flore luxuriante, peuplée de colibris, perroquets et de nombreux animaux marins n’est pas uniquement aux premières loges pour observer les conséquences du changement climatique, ses hauts-fonds et ses eaux chaudes sont aussi prisés des cétacés. L’île est en effet un sanctuaire pour les grands cachalots qui s’y retrouvent en été lors de la grande migration. La protection de ses océans est ainsi une priorité pour la survie de ces animaux menacés.