Appel à projet SARGASSE en Guadeloupe

20/08/2018 at 8 h 53 min
Par Laura Latchan

Un appel à projets a été lancé par le Conseil Régional en direction des entreprises de Guadeloupe et d’Europe  Après les communes de Goyave et de la Désirade qui ont décidé d’unir leurs efforts , le Conseil Régional se mobilise également.  Les entreprises ont jusqu’au 03 septembre prochain pour déposer leurs candidatures. Une date limite rapide puisque le marché a été lancé sous le sceau de l’urgence sanitaire.  Selon Sylvie Gustave-dit-Duflo, conseillère régionale en charge du dossier et de l’environnement: « La collectivité régionale s’est engagée dans un combat celui de la lutte contre les sargasses. C’est un marché pour la conception, la réalisation et la maintenance…Il nous faut trouver des solutions de collecte rapidement concernant les échouages massifs d’algues sargasses. »  Ce marché très générique, ne se focalise pas sur un dispositif en particulier, mais sur l’ensemble des dispositifs qui pourraient être éligibles dans le cadre des spécifications requises (collecte de grande ampleur, au moins 50m3/heure), grande mobilité et maniabilité, collecte sur terre et en prôche côtier, adaptation aux besoins des ports départementaux, utilisation dans des zones non accessibles par voie terrestre comme les mangroves, impact mécanique limité sur les écosystèmes à nettoyer.

MAIS, au moment où nous mettons en ligne cet appel à projet nous apprenons par Outremers 360 que 14 projets ont déjà été retenus . Confusion des dates?

« 14 dossiers ont été retenus suite à l’appel à projet « Sargasses : collecte et valorisation innovante » émis par l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), indique la Région Guadeloupe. Une enveloppe d’1,5 millions d’euros sera débloquée pour la mise en œuvre de ces projets. 

Cet appel à projet est une des mesures du Plan Sargasses présenté par le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot. Au total, 37 projets ont été déposés et 14 retenus. « Douze d’entre eux sont portés par des entreprises privées, dont 11 sont localisées en Guadeloupe. Un projet est porté par une collectivité locale et un autre par un établissement public de recherche. Parmi les projets retenus, 6 concernent la collecte des algues via différentes techniques, que ce soit pour la collecte en mer, pour la collecte à terre, pour la chaîne logistique ou sur du prétraitement. Les huit autres projets concernent la valorisation des sargasses en les intégrant dans différentes filières : agronomie, énergie, chimie verte… », indique encore la Région.

« Après les échouages d’algues sargasses qui ont particulièrement touché les côtes de la Guadeloupe, l’État, l’ADEME, le Conseil régional, le Conseil départemental et les agglomérations de la Guadeloupe ont signé le 20 juin 2015 un Protocole Sargasses. Le rôle de ce dispositif, doté d’un fonds de secours et de solidarité d’un montant de 1,5 millions d’euros, était de définir une organisation générale du dispositif de ramassage des algues, lancer la création de brigades vertes, ainsi que préparer un appel à projets destiné à faire émerger et soutenir des initiatives innovantes concernant la collecte et la valorisation des algues sargasses », rappelle de son côté la Préfecture de Guadeloupe.

« Les premières actions de l’État initiées localement ont été complétées par le plan ministériel de lutte contre l’invasion des algues sargasses. Ce plan, assorti d’un fonds exceptionnel d’urgence doté de 2 millions d’euros que l’État a mobilisé en lien étroit avec les collectivités locales a permis de faire face aux situations d’urgence sanitaire et limiter l’impact des échouages massifs sur l’activité économique de la Guadeloupe. Les communes les plus touchées par les échouages d’algues ont pu ainsi être dotées des matériels indispensables aux opérations de ramassage de sargasses et ont bénéficié de prestations de nettoyage des sites les plus durement impactés ». (source: outremers 360)