Simone Veil a aussi contribué à la naissance de Développement durable

01/07/2018 at 10 h 45 min

Extrait de ma reprise historique de la naissance du DD après Rio 92

TROIS FEMMES et une naissance dans l’euphorie de RIO 92 :

SIMONE VEIL ET L’ENVIRONNEMENT

« En 1992, le Sommet de la Terre de Rio réunit des centaines de milliers de citoyens du monde entier, une mobilisation sans précédent pour appeler les institutions internationales et les gouvernements à adopter le développement durable dans un monde plus juste. Etaient en jeu la survie de la planète, mais aussi les échanges Nord – Sud, la place des femmes dans la société, l’accès de tous les habitants de la planète aux biens essentiels comme l’eau, l’air. La rencontre avait été préparée par un collectif d’ONG d’environnement et de dévelop-pement, le CRID et le CEDI, dans lesquels se retrouvaient les militants qui avaient travaillé à l’année européenne de l’environnement dans le Comité français pour l’environnement de Simone Veil, les militants du développement, des chercheurs…Sur le plan institutionnel, Bettina Laville avait préparé le Sommet au cabinet de Brice Lalonde . Rio passé, impossible de laisser retomber l’espoir .Huguette Bouchardeau et son Entente Européenne pour l’Environnement, Bettina Laville à la tête de la Fondation Européenne de l’environnement et le Comité français pour l’environnement de Simone Veil décident de se regrouper et de donner naissance au Comité 21. Pour première mission il entend faire vivre en France le programme d’Actions pour le 21° siècle auquel serge Antoine a participé aux côtés de Maurice Strong. Le texte définit les principes d’une politique de développement « économiquement viable, écologiquement durable, socialement équitable ». Il implique toutes les composantes de la société  : entreprises, collectivités territoriales, associations, établissements de recherche et d’éducation, medias.

Simone Weil : comité français pour l’environnement

En 1988 durant l’Année européenne de l’environnement, le comité français était présidé par Simone Veil alors pionnière parmi de la députation européenne.
 l’Année européenne a permis pour la première fois, de labelliser en France plus de 800 projets, portés par des collectivités et des associations et d’assurer des financements français et européens pour environ la moitié d’entre eux. Il est à l’initiative également de ce qui deviendra le Pavillon bleu d’Europe. Ce comité devint le Comité français pour l’environnement qui en 1994 se transformera en Comité 21

 Le 17 Octobre 1994, en présence de Michel Barnier, alors Ministre de l’environnement , se réunit l’ Assemblée Générale Constitutive du Comité 21 : Comité français pour l’environnement et le développement durable. Les fondatrices deviennent membres d’honneur du Comité 21 et confient la Présidence à Serge Antoine, Il restera président jusqu’en 1998. « Le développement durable n’est pas un état. Il est un devenir… La reconnaissance viendra toute seule, si j’ose dire. Elle viendra de l’Europe, si celle-ci bouge un peu plus, et il serait mieux d’avoir des partenaires qui bougent. Elle viendra de la planète, de cette gouvernance mondiale qui va finir, un jour, par se transformer. Elle viendra aussi des régions du monde. …. Nous allons chercher cette reconnaissance, mais l’important est de la mériter. »

D Martin Ferrari (extraits Vraiment Durable ) 

*Elles ont relaté toutes trois leurs engagements : Simone Veil, Une vie, éditions Stock, octobre 2007 ; Huguette Bouchardeau, Le déjeuner, éditions Julliard, janvier 1998 ; Bettina Laville, La machine ronde – La planète, le peuple et la politique, éditions Autrement, 2002.