Le brexit et ses suites (1): le posei touché

22/06/2018 at 8 h 53 min

Le bRexit n’est pas sans conséquences sur la politique d el’UE. Aujourd’hui réduction des fonds POSEI et conséquences pour les territoires , demain (11/07) rediscussion des politiques de la pêche: et si la GB sortait brutalement des accords? (à suivre 2)

Sources Clicanoo re

L’audition relative au financement du programme d’options spécifiques à l’éloignement et à l’insularité (POSEI) qui a eu lieu hier matin au Sénat visait à informer les sénateurs de la délégation Outre-mer sur « le danger de la contraction du soutien financier apporté aux agricultures des DOM par le POSEI en raison du Brexit.

La Commission européenne a elle-même souligné en 2016 « la conformité aux objectifs de la politique agricole commune, mais surtout la pertinence et l’efficacité en faisant valoir que le programme POSEI était essentiel au maintien des productions de diversification traditionnelles et s’était avérée utiles dans la mise en oeuvre des exigences en matière de qualité d’environnement ».

En effet, la Commission vient d’annoncer une baisse de 3,9 % dans le cadre financier pluriannuel 2021-2027, soit une amputation de près de 11 millions d’euros pour les RUP françaises, tandis que l’enveloppe de la PAC, pour l’agriculture hexagonale baisserait de 6,5 % par an. Le 6 juin, les sénateurs ont adopté une résolution avec l’avis favorable du gouvernement pour prôner le maintien des aides européennes à leur niveau actuel tant pour la PAC que pour le POSEI.

Gérard Bally, le patron et fondateur d’Eurodom, est venu rappeler aux sénateurs l’importance pour les agricultures des DOM du POSEI qui représent enviton 290 M€ dont 130 M€ pour la banane, 75 M€ pour la filière canne, 26 M€ pour la filière viande et 15 M€ pour la diversification

Jean-Bernard Gonthier a rappelé que c’est au POSEI que la Réunion devait son autosuffisance en fruits et légumes et que c’est au même POSEI qu’elle devait la réduction de l’usage des produits phytosanitaires.

Ce vendredi matin, Gérard Bally viendra défendre les agricultures des RUP chez la ministre des Outre-mer avant de se rendre à Bruxelles lundi et mardi avec 170 professionnels concernés par le POSEI, aussi bien des RUP françaises que des Canaries, des Açores et de Madère. Ils rencontreront les commissaires Phil Hogan, Corina Cretu et Pierre Moscovici.

Tags: