Nicolas Hulot réaffirme son opposition à la montagne d’or

15/06/2018 at 17 h 01 min

Cette semaine, le député Gabriel Serville de la première circonscription guyanaise est intervenu  dans l’hémicycle sur les « désastres écologiques, sanitaires et économiques » qui pourraient se cacher derrière « les annonces mirobolantes » et a demandé à Nicolas Hulot « de prendre un moratoire sur l’utilisation du cyanure » et de « recueillir l’avis des Guyanais par voie référendaire sur ce projet », Nicolas Hulot lui a répondu: « Sur le plan économique c’est moins de 1% des recettes potentielles qui reviendraient aux collectivités locales (…). L’environnement pourrait souffrir de plusieurs tonnes de cyanure par jour, cela est d’autant plus inquiétant qu’un arrêté d’août 2017 est venu instaurer un véritable droit à rejeter davantage de cyanure dans la nature » a t-il pointé du doigt, ajoutant « être favorable au développement de l’industrie guyanaise mais pas au sacrifice de notre santé et encore moins de celle des générations futures ». Le ministre s’est également  dit « soulagé qu’un député de la Guyane ne cède pas spontanément aux miroirs aux alouettes ». ( Lenaïck Adam, député de la seconde circonscription et conseiller territorial de la majorité – est favorables au projet de la Montagne d’Or. «Vous avez raison, on ne se posera pas suffisamment de questions avant de se prononcer sur ce projet, et les mises en garde que vous évoquez doivent être prolongées et instruites. Les impacts environnementaux, les bénéfices économiques, nous avons intérêt à remettre tout cela à plat» a ajouté Nicolas Hulot dans sa réponse à Gabriel Serville, rappelant qu’un « débat public est en cours » pour « écouter les citoyens, leurs inquiétudes »

Pour le ministre, « un moratoire serait sans doute peu efficace car les orpailleurs savent s’affranchir de toutes les règles », mais « malgré toutes les difficultés » l’Etat « va relancer de manière ambitieuse la lutte contre l’orpaillage illégal en mobilisant de manière plus forte et plus cohérente l’ensemble des services et organismes de l’Etat concernés ». Sébastien Lecornu sera en déplacement en Guyane en juillet « pour un point sur la situation et accélérer cette lutte aux côtés des élus guyanais » a conclu Nicolas Hulot.