Nouveau contrat de transition énergétique pour la côte Ouest réunionnaise

08/06/2018 at 9 h 28 min

(sources clicanoo re) ÉCOLOGIE. Le Territoire de la côte ouest est le premier département d’outre-mer à passer un Contrat de transition écologique avec l’État. Ce dispositif « révolutionnaire », présenté hier en présence de Sébastien Lecornu, permettra d’accélérer les projets écologiques et solidaires.

« C’est révolutionnaire ! ». Le secrétaire d’État à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, a largement vanté, hier, au siège du Territoire de la côte ouest (TCO), toutes les qualités du Contrat de transition écologique (CTE). « À‡a n’a jamais été fait car c’est très compliqué de mettre tous les acteurs autour d’une table et d’obtenir un consensus », a poursuivi le ministre. « C’est un renversement complet de la méthode. On va bâtir du sur-mesure à partir des besoins des territoires alors que, jusqu’ici, c’est Paris qui concevait du prêt-à-porter pour tout le monde. On gommait une partie de l’intelligence des territoires. »

Concrètement, ce dispositif permet d’identifier des projets novateurs en matière de transition écologique et solidaire. 20 contrats de ce type seront signés en France. Le premier sera signé à la Réunion. Le ministre a donné des délais très courts, hier, pour contractualiser avec l’État. « On espérait faire ça en octobre. À‡a sera septembre. Le ministre veut que le TCO soit le premier à signer un CTE », confie-t-on dans les couloirs du TCO.

Ce partenariat public-privé doit, dans un premier temps, faire émerger des projets. L’ouest n’en manque pas. Une quarantaine est déjà recensée. Le président du TCO, Joseph Sinimalé en a cité plusieurs, hier : le projet Reuse, qui permettra d’utiliser l’eau d’une station d’épuration pour arroser les espaces verts publics du Port, celui de Terres fertiles qui consiste à créer un substrat à base de divers déchets et dont les qualités sont équivalentes à celles de la terre, ou encore le futur pôle d’aménagement et de construction durable prévu au Port. Des secteurs d’activités très vastes sont concernés, de l’eau à la biodiversité en passant par les déchets, de l’agriculture à l’économie verte et bleue jusqu’à l’écologie industrielle. Une plate-forme internet sera prochainement mise en ligne pour faciliter les démarches des porteurs de projets intéressés par le CTE.

Les bénéfices seront multiples pour les projets sélectionnés. Le contrat leur apportera une expertise technique, facilitera leur financement et simplifiera les procédures. « On pourra garantir des délais d’exécution minimums même si on ne fera pas n’importe quoi », a prévenu Sébastien Lecornu.

Les ambitions du CTE sont élevées. Les premiers résultats sont attendus dans les 3 années suivant sa mise en œ“uvre et les retours sur investissement sont espérés sur une période de 30 ans. Les acteurs du CTE vont aussi s’engager sur des résultats concrets : tonnes de CO2 évitées, emplois créés, nombre de mètres carrés rénovés ! Son ambition avouée est de mettre en œ“uvre les engagements de la France à travers le Plan Climat ou la COP 21. « On dit souvent que La Réunion doit rattraper son retard. Avec le CTE, il est question de prendre de l’avance », affirme Sébastien Lecornu.