Nouvelle aide pour la filière bois guyanaise, mais quid de la filière

05/05/2018 at 10 h 42 min

Vendredi 4 Mai paraissait au Journal officiel (signatures: Annick Girardin et Stéphane Travert) la création d’une aide à la compensation des surcoûts pour le secteur du bois en Guyane . Une nouvelle aide financière va donc venir en aide à cette filière qui tente de se structurer depuis des lustres . Avec 250 entreprises dont près de 90 % de TPE, la filière bois constitue la troisième filière économique de Guyane. Ce nouveau cadeau fait partie des accords guyanais de 2017 mais à quoi va t il réellement servir? Tant qu’ONF et filière bois ne mettront pas en place un plan coordonné et structuré de l’exploitation forestière, les sociétés de transformation feront un petit tour et puis s’en va.

Les réserves émises par Rodolphe Alexandre le président de la CTG méritent donc un regard (extraits du communiqué de la CTG) « il salue la décision forte du gouvernement, et en particulier celle la Ministre Annick Girardin qui a tenu ses engagements en accompagnant les professionnels sur la gestion et l’exploitation de la forêt guyanaise ainsi que sur la transformation du bois.(….) Cependant, des interrogations subsistent, notamment vis à vis des modalités opérationnelles du dispositif qui sera déployé. Le Président Rodolphe Alexandre restera donc particulièrement vigilant sur la suite donnée à ce dossier et espère que les propositions de l’interprofession trouveront une réponse favorable notamment sur la méthodologie qui sera retenue quant à l’instruction des dossiers de demandes. Néanmoins, le Président Rodolphe Alexandre se félicite de cette victoire majeure qui ouvre des opportunités pour les autres secteurs économiques locaux dépendant de l’exploitation du bois tels que le BTP, mais surtout la biomasse (le bois énergie) qui bénéficieront indirectement de cette décision. »

Effectivement la création du plan biomasse (voir l’outremer en métamorphose N°2: http://metamorphose-outremers.com/?p=2844) risque d’ouvrir une fenêtre concrète à l’usage de l’exploitation.

De toute façon cette aide n’est qu’une partie infime des décisions mises au pot lors des accords de Guyane concernant cette filière . Beaucoup reste à faire:extraits des accords: « mise en œuvre d’un dispositif d’aide pour la compensation des surcoûts de la filière bois guyanaise, création d’une aide nationale à l’investissement dans l’amont forestier , obligation d’utiliser le bois dans les constructions publiques et les constructions financées par des fonds publics, soutien de l’ONF pour le respect de l’engagement du gel des prix de vente des bois sur pied tout en maintenant les investissements nécessaires au développement de la filière forêt-bois en Guyane, nomination d’un médiateur pour appuyer les sociétés porteuses des projets biomasse en Guyane lors de leurs négociations avec la CRE, extension des dispositifs de la LOREOM renforcée ». Presque tout reste à faire

A suivre….