Réunion: vigilance! prélèvement d’andains (roches)

29/03/2018 at 9 h 40 min

La mairie favorable aux prélèvements d’andains

  • Stéphane Fouassin donne son feu vert pour l'extraction d'andains sur le secteur de la Mare-à-Poule-d'Eau (photo d'archives).
    Stéphane Fouassin donne son feu vert pour l’extraction d’andains sur le secteur de la Mare-à-Poule-d’Eau (photo d’archives).

À la base une demande d’agriculteurs « souhaitant améliorer leurs conditions de travail » mais également leur trésorerie, suivi d’une reconnaissance du site par le groupement SBTPC/GTOI/VCT. Estimé à 40 000 tonnes, le gisement sera extrait selon les besoins du chantier à une fréquence d’environ 400 tonnes/jour, soit 6 camions effectuant chacun 4 rotations. La RD 48 étant limitée en tonnage, des camions 32 t maximum seront utilisés pour une durée de 6 mois à un an apreÌ s avoir été pesés directement sur le site ouÌ sera installée la balance.

Stéphane Fouassin voit dans l’extraction un moyen de créer de l’activité pour les transporteurs du cirque, de libérer du foncier agricole tout en permettant à plusieurs agriculteurs d’améliorer leurs revenus. Pas de réserves sur le transport : « Des camions de ce calibre ont déjà circulé sur les routes du cirque pour les travaux de l’école de Grand-ÀŽlet ou de la piscine de Mare-à-Citron. »

La RD 48, qui serpente vers Hell-Bourg, mise à mal par les mouvements de terrain, est également fréquemment reprise par le Département poursuit-il. Concernant les risques naturels, l’élu voit un gain en sécurité « en enlevant 40 000 tonnes de roches du plateau » en cas de glissement ou coulée de boue. Le BRGM juge, lui, nul le risque d’aggraver le mouvement de terrain de grande ampleur impactant l’ensemble du plateau. « Jusqu’à présent personne n’est venu me voir pour me parler d’une difficulté liée à ce projet », conclut le premier magistrat.

L’enquête publique se déroulera du 9 au 24 avril. Voté hier, le budget primitif affiche une belle santé. Grâce à un excédent de 2,5 millions d’euros dégagé sur l’exercice 2017, les travaux engagés en 2018 seront financés sans recours à l’emprunt. Cette année verra également plusieurs études toucher à leur fin, notamment pour l’implantation d’une Maison du terroir à Salazie village. Elle fera office de porte d’entrée du Parc national et de point de vente de produits locaux. L’implantation d’un réseau de vidéo-protection en concertation avec les gendarmes ou de bornes solaires pour recharger les véhicules électriques est également en phase d’étude.

(vu dans le JIR du 28 mars)