20 février 2018: remise des prix « outre-mer durables » par les EComaires

26/02/2018 at 10 h 58 min

Le 20 Février 2018, étaient remis les prix « ECOMAIRES » à l’hôtel de Lassay en présence de nombreux élus, de la ministre de l’Outremer Annick Girardin et du président de l’Assemblée Nationale François de Rugy.

Le 7° Concours « Les Outre-Mer Durables » ayant pour objectif de mettre en lumière les initiatives exemplaires des collectivités ultramarines en matière de politique environnementale et de Développement durable a intégré la démarche des Trophées Eco Actions qui depuis 27 ans récompensent l’innovation et l’exemplarité des collectivités locales

L’ATTENTE D’ANNICK GIRARDIN

Dans son discours la ministre Annick Girardin a rappelé que ce prix s’inscrivait dans ce qu’elle appelle « l’outremer des solutions » et que nous entrions justement dans la dernière phase des assises de l’outremer (qui ont attiré déjà 15 000 participants) pour la « co construction des solutions ».

Elle a ensuite insisté sur l’une des grandes préoccupations de notre association à savoir la mise en œuvre des objectifs du développement durable (ODD) « Je souhaite que les politiques publiques en outre-mer aient pour cap à l’horizon 2030 les 17 objectifs de développement durable – les « ODD ». J’ai d’ailleurs décidé que chaque territoire ultramarin aura bientôt sa propre « feuille de route ODD ». J’aurai l’occasion d’y revenir dans les prochaines semaines. Les Objectifs de développement durable sont le cadre de référence le plus pertinent pour penser les territoires de demain. Outre le climat, ils visent à l’égalité femme-homme, la fin de la pauvreté, la promotion de nouveaux modèles agricoles, la gestion de l’eau, l’emploi, la santé. Le développement durable, c’est comprendre que tout est lié. » (retrouvez son discours dans son intégralité: http://www.outre-mer.gouv.fr/remise-des-prix-eco-action-discours-de-la-ministre-des-outre-mer

LES PRIX :

Ce concours a distingué, parmi environ 200 dossiers reçus, dix collectivités dans sept catégories et quatre dans les outre-mer

Le Concours « Les Outre-Mer Durables », avec le Soutien de Citeo, a récompensé la restauration d’une mangrove (à Mont-Doré, en Nouvelle-Calédonie), la lutte contre le changement climatique (ville de Acoua, à Mayotte), l’action scolaire sur la ville de demain (La Possession, à la Réunion),l’ économie circulaire en Martinique qui a reçu le premier prix. La communauté d’agglomération de l’Espace Sud Martinique (Sainte-Luce), a été récompensée pour ses efforts d’amélioration de l’économie circulaire en lien avec le verre issu de la collecte sélective par le 1° prix.

Dès 2014 , l’Espace Sud Martinique (ST Luce) a mis en place une collecte sélective . Depuis les tonnages augmentent de manière significative. Après les emballages, c’est le tour du verre. Pots, bocaux, bouteilles en verre sont broyés et réduits en sable ou gravats de verre qui finissent aussi en dalles de béton.

Le 2° prix est revenu à la ville de la Possession pour son action en milieu scolaire « 2025, j’imagine ma ville de demain » . Métamorphose Outremers avait invité la maire Vanessa Miranville au colloque de 2016 sur la ville équatoriale et tropicale au Sénat (cf dans le n°1 « la ville » p 10 http://fr.calameo.com/books/00506324201225cbcb6c7.)

Le travail de co construction et de concertation se poursuit donc.

3° prix : la restauration d’une mangrove par la ville du Mont Dore (Nouvelle Calédonie) grâce à des mesures compensatoires. Des travaux d’aménagement du Centre Ville ont impacté 2 700m2 de mangrove. Pour l’instant grâce à la formation, à la replantation et au nettoyage, 2 580 m2 de mangroves seraient réhabilités.

Enfin, fût décerné un « coup de cœur » à la ville d’Acoua à Mayotte, qui poursuit l’aménagement exemplaire de son territoire et travaille sur sa résilience avec un projet visant à assurer la sécurité des biens et des personnes : il s’agit en premier lieu de construire dans les hauteurs de la ville d’Acoua des logements sociaux pour y accueillir les familles qui résident sur le front de mer devenu trop vulnérable. Le front de mer jadis protégé par une mangrove est soumis régulièrement à des submersions que les digues ne protègent plus. Le Maire (présent à Paris le 20 février) travaille avec la DEAL de Mayotte pour sécuriser les villages menacés par la montée des eaux mais aussi par les ravines violentes sous l’effet des pluies Le projet marie réponse naturelle et artificielle. En parallèle des associations se mobilisent pour défendre le lagon, rassembler les déchets recyclables … La démarche environnementale se poursuit aujourd’hui par identification des plantes et la création d’une banque végétale des anciennes herbes médicinales.

Dominique Martin Ferrari

L’association métamorphose Outremers était membre du jury