Polynésie: AIRE MARINE GÉRÉE : SOUTIEN ET RECOMMANDATIONS AU GOUVERNEMENT

03/02/2018 at 11 h 08 min

Retrouvez ce débat Mercredi 7 Février au cours de la rencontre organisée par métamorphose Outremers au CNES de 10 à 17h ouverte par la ministre Annik Girardin (table ronde 4 défense à 16h)

Pour l’heure, le projet de développement de la pêche aux Marquises est mal reçu pas la population. (© archives LDT)

En décembre dernier, le président de la Polynésie française et le ministre de la Culture et de l’Environnement ont présenté un projet de classement de la ZEE de Polynésie française en grande Aire marine gérée (AMG).

Aujourd’hui, à travers un communiqué, la Fédération des associations de protection de l’environnement (Fape), Te Ora Naho,  salue ce projet d’importance pour la préservation des ressources marines en Polynésie française et le développement d’une économie bleue durable.

Par l’intermédiaire de son président, Winiki Sage, la fédération souscrit aux objectifs du projet présentés, mais souhaite faire des recommandations : “D’une part, pour éviter les conflits d’usage entre pêcheurs côtiers et pêcheurs hauturiers, nous recommandons d’établir des zones de pêche côtière exclusives d’au moins 20 milles marins autour de chaque île, réservées aux navires de moins de 12 m, et jusqu’à 50 milles marins lorsque cela est demandé par les populations locales. D’autre part, pour permettre une exploitation raisonnée des stocks halieutiques en déclin, nous recommandons également de créer des zones de protection stricte sur au moins 30 % des eaux polynésiennes, conformément aux recommandations de l’Union Internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ces réserves marines devraient être délimitées dans les zones lagonaires aussi bien qu’au large, en particulier dans les zones de reproduction, les corridors biologiques et les zones non encore exploitées.”

Prendre exemple et lutter contre la surpêche

La Fape pense qu’il faut prendre exemple sur les expériences en cours : “De grandes réserves marines, comme celles créées par des pays voisins du Pacifique, (Hawaii, Pitcairn, Ile de Pâques, Kiribati…) permettraient de préserver durablement les écosystèmes face aux menaces que sont le changement climatique et la surpêche, tout en renforçant le rayonnement de la Polynésie française dans le monde et en participant au développement de l’écotourisme dans nos îles.” Et propose encore : “d’intégrer à la grande Aire marine gérée les deux projets d’Aires marines protégées annoncés aux Marquises et aux Australes, promus par les populations locales depuis plusieurs années, et de lutter, dans le bassin Pacifique, autour de notre ZEE en particulier, contre la surpêche et les pratiques nuisibles telles que les DCP dérivants, grâce à une association étroite entre toutes les parties prenantes locales (le gouvernement et les administrations locales, l’État, les professionnels de la pêche, la FAPE et autres associations et organisations) dans le but d’intervenir fermement au niveau régional et international.

Si la Fape encourage le gouvernement dans sa démarche, elle espère être associée activement à la définition et à la mise en œuvre de ce projet en faisant partie du comité de gestion prévu par le gouvernement.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.