En pleines assises de l’alimentation / Bientôt à suivre sur « l’outremer en métamorphose » N°2

27/11/2017 at 15 h 01 min

Communiqué FAO

Le savoir est le nouveau paradigme pour l’avenir de l’alimentation et de l’agriculture

Le Directeur général de la FAO souligne que tous les pays doivent œuvrer à garantir des systèmes alimentaires durables, équitables et résilients

27 novembre 2017, Rome/Londres – «L’agriculture est de nouveau appelée à se transformer radicalement alors que les progrès découlant de la Révolution verte se heurtent au problème de la restriction des ressources naturelles», a déclaré aujourd’hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

«L’agriculture de demain n’exigera pas beaucoup d’intrants mais surtout beaucoup de connaissances. C’est le nouveau paradigme», a-t-il indiqué alors qu’il s’exprimait à l’occasion d’une cellule de réflexion (think tank) à la Chatham House.

«Ces dernières décennies, la production alimentaire a augmenté aux dépends de l’environnement, entraînant des déforestations, des pénuries d’eau, un appauvrissement des sols et des niveaux élevés d’émissions de gaz à effet de serre», a ajouté M. Graziano da Silva. A partir de maintenant,  nourrir les populations va de pair avec le fait de nourrir la planète».

Des membres du gouvernement, des chefs d’entreprise, des chercheurs et des responsables institutionnels ont assisté à l’événement de haut niveau qui se déroulait à la Chatham House sur le thème «Un avenir alimentaire durable». L’événement se focalisait sur la technologie, l’utilisation des ressources et la résilience comme éléments clés afin de s’assurer que les défis liés à l’éradication de la faim, la lutte contre le changement climatique et la protection des ressources naturelles soient relevés ensemble.

«Les systèmes alimentaires actuels se sont révélés inefficaces pour pouvoir éradiquer la faim dans le monde», a-t-il souligné, faisant remarquer que si la production actuelle était plus que suffisante pour nourrir la population mondiale, 800 millions de personnes souffraient encore de sous-alimentation.

S’assurer que tout le monde a accès à l’alimentation est aussi important, si non plus, que travailler à améliorer la production, a-t-il précisé, notant que les programmes de protection sociale – tels que les transferts d’argents assortis de conditions et le fait d’exploiter au mieux la production locale afin d’améliorer la nutrition et l’accès des petits agriculteurs aux marchés – devaient faire partie intégrante de chaque initiative visant à éviter que la situation des personnes pauvres vivant en milieu rural dans les pays en développement ne s’aggrave.

«Nous devons promouvoir l’innovation et mettre en place des pratiques durables qui permettent de fournir une alimentation nutritive et accessible, des services écosystémiques et qui contribuent à renforcer la résilience face au changement climatique», a indiqué M. Graziano da Silva.

Cela implique de réduire l’utilisation des pesticides et des produits chimiques dans l’agriculture, d’améliorer la diversification des cultures et d’améliorer les pratiques liées à la conservation des terres, entre autres. La FAO a soutenu plusieurs initiatives prometteuses dans ce sens, dont l’agriculture intelligente face au climat, la création et la protection de systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial, ainsi que de nombreuses pratiques agro écologiques.

Des interventions à chaque étape

M. Graziano da Silva a fait référence au dernier rapport de la FAO sur L’avenir de l’alimentation et de l’agriculture : tendances et défis, qui identifie 15 tendances majeures et 10 défis que les décideurs politiques devront s’attendre à relever d’ici les prochaines années.

«Tous les pays doivent s’engager à appliquer des changements drastiques», a-t-il insisté.

Le rôle du consommateur est de plus en plus important, en particulier face aux formes de malnutrition telles que l’obésité qui se multiplient. Plus de 2 milliards de personnes sont en surpoids, tandis que 500 millions sont obèses. Il s’agit d’un défi que doivent relever les pays riches comme les pays pauvres et qui est appelé à s’aggraver alors que l’urbanisation tend à modifier les habitudes alimentaires.

«Pour fournir aux populations une nourriture plus saine, nous devons intervenir à chaque étape du système alimentaire, de la production à la consommation», a déclaré le Directeur général de la FAO.

«Cela implique de se focaliser sur les «aspects immatériels» des systèmes alimentaires, tels que le comportement des consommateurs et d’appliquer de nouvelles règles légiférant sur la publicité des produits alimentaires», a-t-il ajouté.

«Il s’agira également d’agir de manière coordonnée sur des problèmes mondiaux tels que les organismes nuisibles et maladies transfrontalières, la résistance aux antimicrobiens et les normes sur la salubrité alimentaire», a-t-il noté.

Les pertes et le gaspillage alimentaires est un thème essentiel où il est nécessaire d’intervenir et qui fait également partie des secteurs clés pour parvenir à un développement durable. Selon la FAO, un tiers de la nourriture produite à travers le monde est soit perdue, soit gaspillée chaque année – provoquant des émissions de gaz à effet de serre et des effets négatifs sur les ressources naturelles – et est plus que suffisante pour subvenir aux besoins de la population mondiale d’ici 2050.

« Mais les pertes alimentaires dans les chaines de valeur alimentaires peuvent s’avérer importantes, en particulier dans les pays en développement avec le manque ou l’inadéquation des infrastructures, » a-t-il expliqué, notant que les pertes liées au secteur de la pêche en Afrique de l’ouest pouvaient atteindre deux tiers de la production.

«Nous avons besoin d’investir davantage», a-t-il indiqué, soulignant qu’une approche holistique visant à réduire les pertes et le gaspillage alimentaires pouvait contribuer à réaliser de nombreux Objectifs de développement durable.