Une troublante enquête….

27/11/2017 at 11 h 39 min

sources guyaweb

Cinq personnes ont été interpellées en Guyane après « deux enquêtes ouvertes il y a plusieurs mois» sur un trafic illégal de plusieurs centaines de kilos de vessies natatoires d’acoupa rouge. Deux d’entre elles étaient les principaux négociants.

«Deux réseaux étaient identifiés comme étant de gros acquéreurs de vessies natatoires sur la place de Cayenne. Cette enquête a permis d’identifier les personnes qui étaient impliquées » a indiqué à Guyaweb, vendredi 24 novembre, Emmanuel Ferrand, substitut du procureur en charge des questions environnementales au parquet de Cayenne.

Les interpellations et perquisitions ont été lancées mercredi 15 novembre, engendrant la garde à vue de «cinq personnes» dont «une a été mise hors de cause et les deux autres étaient des commettants» nous a-t-il précisé.

«Deux principaux commerçants achetaient des vessies natatoires sur la place de Cayenne de manière illégale» a ajouté le substitut.

«Le commerce de la vessie en soi n’est pas illégal mais c’est le fait de l’exercer sans déclarer, en dissimulant son activité et de l’exporter dans des pays comme le Brésil ou le Surinam pour lesquels il n’y a pas d’autorisation d’exportation avec l’Europe pour l’exportation de déchet, car la vessie natatoire est considérée comme un déchet» nous a expliqué Emmanuel Ferrand.

Ces deux commerçants de nationalité «brésilienne et surinamaise» qui ont un «titre de séjour»exerçaient «ce trafic de négoce de vessie natatoire à titre principal», alors que « l’un déclare avoir une activité artisanale dans la peinture tandis que l’autre commerçant faisait exclusivement du commerce de vessie natatoire» a précisé le substitut . Ces organes de poisson étaient achetés sur «le port au pêcheur» à Cayenne.

Saisie de plus de 300 kilos de vessies natatoires

«Sur la filière brésilienne, 189 kilos de vessies non séchées et 69,8 kilos de vessies séchées, et sur la filière surinamaise 75,8 kilos de vessies natatoires séchées ont été saisis» a indiqué Emmanuel Ferrand. La marchandise dont la valeur est «assez importante a été confiée à l’Agence de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (AGRASC)» a-t-il précisé.

Des sommes d’argent en liquide d’une valeur de «4000 euros» ont également été saisies. «Ces deux personnes ont été déférées cet après-midi [vendredi 24 novembre, ndlr] au parquet et ont reconnu leur culpabilité. Elles ont été présentées aux juges délégués et ont été condamnées à 6 mois d’emprisonnement avec sursis et à la confiscation des marchandise et des sommes prélevées» nous a expliqué le substitut du procureur.

La commercialisation légale de vessies natatoires

Après le projet d’arrêté préfectoral visant à réglementer la pêche de l’acoupa rouge qui a été finalement avorté en raison de la grogne des plaisanciers regroupés en Collectif (Guyaweb du 22 juillet), Guyaweb s’était penché sur le sujet du juteux marché de la vessie natatoire d’acoupa rouge qui se monnaie à des centaines d’euros le kilo au marché noir alors qu’au Marché d’intérêt régional (Mir), l’acoupa rouge est vendu à 7€ le kilo.

Le 25 juillet nous révélions également qu’une société guyanaise, Vert Mer Guyane, avait pour ambition la commercialisation de vessies natatoires vers le marché chinois, et son représentant Patrick Crémieux s’en était expliqué (Guyaweb du 25 juillet).

Très apprécié en Chine pour ses qualités gustatives et cuisiné en soupe, cet organe de poisson très convoité qu’est la vessie natatoire est même appelé «cocaïne des mers»