verra t on une relance des pêches en Guyane?

30/10/2017 at 11 h 33 min

C’est en tout cas ce que propose le député européen Younous Omarjee.

En décalage avec les accords européens, il estime que l’on ne peut avoir la même réglementation pour les eaux méditerranéennes et guyanaises.

Alors les pêcheurs pourront-ils bénéficier de subventions publiques pour moderniser leurs bateaux ? Le principe actuel est de les supprimer, pour lutter contre la surpêche (lire notre édition du 30 mars).Le député européen Younous Omarjee s’est rendu au port du Larivot, à Matoury, hier matin. Il a été reçu par le directeur général de la Cogumer, Jocelyn Médaille.
Le parlementaire réunionnais a reconnu la nécessité du renouvellement des flottes à l’échelle des territoires ultramarins et a expliqué être dans un combat avec l’Union européenne et la France sur ce point. « On ne peut pas traiter de la même manière la Méditerranée et les eaux guyanaises » , estime-t-il.
L’élu a fait voter un rapport au Parlement européen en février sur l’article 349 du traité de Lisbonne, qui demande à la Commission de pouvoir déroger aux règles posées dans la politique commune des pêches pour les régions ultrapériphériques (Rup). Pour la première fois, la Commission européenne va autoriser la modernisation des flottes de pêche dans ces régions.
SOUS CONDITIONS
Cette évolution se fera sous certaines conditions, avec des données fiables concernant l’évolution des stocks et à condition que ce qui est pêché soit débarqué sur le territoire, afin de développer une véritable filière pêche. « Il n’est pas normal que l’on soit encore à un niveau de sous-développement avec toutes les possibilités en termes d’aquaculture, alors que ça doit être un pilier essentiel de l’économie guyanaise pourvoyeuse d’emplois » , conclut Younous Omarjee.