Visite ministérielle Annick Girardin en visite à la CTG

18/09/2017 at 9 h 00 min

Dimanche 17 septembre 2017, le Président de la CTG Rodolphe Alexandre recevait la ministre des Outre-mer Annick Girardin, en déplacement officiel en Guyane, pour présider le second comité local de suivi de l’accord de Guyane, à l’Hôtel Territorial.Un premier entretien a eu lieu sur les dossiers prioritaires de la CTG, en présence des Vice-Présidents à savoir, Hélène Sirder, Isabelle Patient, Audrey Marie, Jean-Pierre Roumillac, Rolande Chalco-Lefay, Claude Plenet, Diana Jojé-Pansa, mécène Fortuné et Claudia Sau Wah Ling. Les Conseillers Territoriaux Boris Chong-Sit et Jocelyn Ho-Tin-Noé étaient également présents.

Un 1er  échange qui a permis à la ministre des Outre-mer d’appréhender sur certaines difficultés rencontrées par la Collectivité Territoriale parmi lesquelles le règlement du RSA, les occupations illégales et la problématique des contrats aidés.

Ainsi, la lourde charge du règlement du RSA par la CTG a été évoquée. Celui-ci représentait 97% de la dotation de fonctionnement de l’ex-collectivité départementale soit 33% du budget primitif de la CTG. Mettant ainsi en difficulté, le budget de la Collectivité Territoriale qui, à termes se saura plus en mesure d’assurer ses missions légales. Le Président a tenu à rappeler que 43% des bénéficiaires du RSA sont hors de l’union européenne et ils relèvent donc de la responsabilité de l’Etat (162 millions d’euros en 2018).

Sur la question des contrats aidés, une solution intermédiaire a été proposée selon la Ministre, puisque tous les contrats aidés seront maintenus pour un an supplémentaire. En effet, la priorité Outre-mer a été actée, notamment dans le domaine de l’éducation et dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap. Il appartient au gouvernement de réétudier la question en y associant la formation.

Concernant les occupations illégales, Annick Girardin a assuré que le Président de la République Emmanuel Macron tiendra un discours fort sur ce sujet prochainement. Interpellé à plusieurs reprises par la CTG sur ce dossier, le gouvernement a pris conscience des difficultés que cela entraîne et devra assumer les responsabilités qui lui incombent. Ceux à quoi rappelle le Président Rodolphe «  Sans faire fi de la déclaration de Droits de l’Homme ».

S’en est suivi, un échange entre la délégation ministérielle, le président de la CTG, les élus territoriaux, les parlementaires Gabriel Serville et Antoine Karam, le président de l’association des maires de Guyane, David Riché ainsi que les 1ers   magistrats des communes de Maripasoula, Macouria et Montsinéry-Tonnégrande respectivement Serge Anelli, Gilles Adelson et Patrick Lecante.

Parmi les points abordés, la sécurité, l’immigration illégale, la santé, l’éducation, l’aménagement du territoire ou encore les projets économiques. La ministre des Outre-mer a profité de cette rencontre avec les autorités politiques locales pour rappeler que des réponses concrètes ont été apportées dans le cadre des accords de Guyane. D’autres réponses seront débattues lors des assises territoriales qui auront lieu dans les prochains mois.

Rodolphe Alexandre retient de la Ministre, sa volonté, son énergie et ses résolutions à apporter des solutions pour la fin de l’année. Restent en attente les réponses sur le permis pétrolier, les débats sur le projet de la Montagne d’or et surtout les grandes résolutions telles que le RSA, le transport scolaire et les dotations pour les collèges et lycées pour lesquelles les 1ers magistrats ont corroboré.

La Ministre poursuivra ses rencontres aujourd’hui, avec les forces de l’opération anti-délinquance, les habitants du quartier chinois de Cayenne et s’entretiendra avec les Collectifs et les associations.

Tags:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.