Lundi , début de l’assemblée générale de l’ONU. Des interventions très attendues

17/09/2017 at 12 h 26 min

Les chefs d’Etat vont défiler à la tribune. On sait que le président français accordera au réchauffement climatique une place majeure préparant ainsi le sommet climat du 12 décembre à paris , un mois après la cop 23 de Bonn,  et que Nicolas Hulot sera à ses côtés. Dans cette enceinte, temple des solutions globales (et donc de la prise en compte des menaces globales) et de la diplomatie collective la France est très attendue et tient à rassembler le maximum de Nations.

Qu’en sera t il de la position américaine?

Ce 19 septembre, Donald Trump s’exprimera pour la première fois devant l’assemblée générale de l’ONU, au siège de l’organisation multilatérale, au bord de l’East River, à Manhattan.

 

Il devra aborder les sujets brûlants du moment – Corée du Nord, Birmanie, Venezuela – tout en articulant sa vision de la place des Etats-Unis dans un monde traversé de profondes secousses.

« C’est un discours sans équivalent, une occasion unique pour le président de parler au monde entier », souligne Ben Rhodes, ancien conseiller et plume de Barack Obama.

Et celui qui a travaillé sur les huit discours à l’ONU du président démocrate de souligner à quel point chaque mot doit être pesé au trébuchet: « Une simple ligne dans le discours peut marquer une nouvelle orientation et avoir des répercussions dans la communauté diplomatique pendant des mois. »

Mais la montée à la tribune lors de cette grand messe diplomatique annuelle pourrait s’avérer délicate pour le 45e président de l’histoire américaine. D’autant que nombre de maires, états et entreprises se sont officiellement désolidarisées de son retrait de l’accord de Paris.

DMF avec nouvel obs temps réel