Decentraliser les assises de l’alimentation à la Réunion, serait ce possible?

27/07/2017 at 14 h 45 min

Décentraliser les états généraux de l’alimentation? C’est en tout cas ce que réclame le Collectif des députés de La Réunion qui s’est réuni pour la 2ème fois ce mardi 25 juillet 2017. Rappelons que le 21 Octobre dans le cadre du colloque « biodiversité et sécurité alimentaire » les deux associations RISI et Métamorphose Outremers travailleront dans l’après midi sur l’importance de la sauvegarde de la biodiversité pour répondre aux exigences d’une plus grande autonomie alimentaire

Le Collectif réunionnais précise « Cette rencontre a été l’occasion d’auditionner le Directeur du CHU de La Réunion sur le suivi des décisions prises en mars dernier par le Ministère de la Santé. Nous adresserons très prochainement un courrier à Mme Agnès Buzyn, Ministre de la Santé (…) et « Durant cette rencontre, nous avons également décidé de proposer au Ministre de l’agriculture de décentraliser les États généraux de l’alimentation à La Réunion » (voir lettre ouverte ci dessous) 

Monsieur le Ministre,

Conformément aux engagements du President de la République, le Premier Ministre a lance le 20 juillet demier a Paris, les Etats généraux de l’alimentation.

Les travaux, qui doivent se dérouler jusqu’au mois de novembre 2017, poursuivent, en deux chantiers et quatorze ateliers, un double objectif. D’une part assurer un revenu decent aux agriculteurs et une juste repartition de la valeur créée. D’autre part, mieux répondre aux attentes des consommateurs aux fins notamment d’une plus grande attention a la santé et d’une preservation de l’environnement.

Ces objectifs sont de la plus haute importance pour les Outre-mer dont le modéle agricole prend en compte les caractéristiques particuliéres dc chaque territoire mais répond aussi a des objectifs dc production locale liés a la realisation de la plus grande autonomic alimentaire possible.

Qu’il s’agisse de l’intervention spécifique de l’Union europécnne a travers le Programme d’Options Spécifiques a l’Eioignement et a l’InsulaIité (POSEI), du développemcnt des circuits courts, do l’organisation des interprofessions, de la preservation du foncier agricole, ou encore de la necessaire consolidation de la diversification agricole, les agricultures d’outrc-mer requiérent une approche spécifique.

C’est pourquoi, outre les rendez-vous nationaux et en plus du debat public numérique, i1 nous parait  indispensable que la problématique du développement agricole Outre-mer puisse faire l’objet de rencontres décentralisées.

Une telle option permettrait de faciliter l’expression de l’ensemble des acteurs cancernés et ne pom‘rait que favoriser l’émergence de solutions et de politiques adaptées et efficaces.

A La Réunion, 1a crisc récente dans la filiére canne-sucre-éncrgic a montré la néccssité d’une réflexion globale sur les cofits de production et sur les prix d’achat mais plus largement sur la place de l’agriculture et du secteur agroalimentaire dans l’économie locale et plus généralement dans la société réunionnaise.Nous sommes naturellement à votre disposition pour convenir des modalités de la tenue de ces Etats généraux à La Réunion et pour y apporter nos contributions.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de notre haute considération,

 

Ericka Bareigts, Nathalie Bassire, Huguette Bello, David Lorion, Nadia Ramassamy, Jean-Hugues Ratenon, Thierry Robert

Tags: