Les brèves pour suivre les dossiers énergie

24/05/2017 at 15 h 48 min

(sources contexte)

FR – La CRE se dote d’un comité prospectif – Le président, Jean-François Carenco, a annoncé hier sa création. L’objectif est d’être « plus efficace et plus lisible » et de « mettre l’Europe au cœur [des] réflexions » de la CRE. Le comité prospectif s’intéressera « particulièrement aux questions environnementales, économiques, industrielles et sociétales en lien avec le secteur de l’énergie ». L’actuel directeur des réseaux de la CRE, Dominique Jamme, est nommé conseiller spécial du président et sera chargé d’« animer les travaux » de ce comité. Il est remplacé par l’actuelle directrice adjointe, Domitille Bonnefoi. Brice Bohuon prend par ailleurs le poste de directeur général au 15 juin. Raphaëlle Epstein-Richard est nommée directrice du cabinet du président et secrétaire générale. Michaël Mastier, ancien conseiller diplomatique du secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, rejoint la CRE au poste de directeur des affaires européennes, internationales et de la coopération.

 

Cabinet ministériel

FR – Le Président et le Premier ministre se partageront une conseillère « environnement » – Diane Simiu devient conseillère « environnement » à l’Élysée et Matignon, selon les informations publiées hier par Le Monde. Diplômée de l’école Polytechnique et de l’université de Berkeley en génie de l’environnement, elle a notamment travaillé comme chargée de mission sur les systèmes de quotas carbone de 2009 à 2011 à la Direction générale de l’énergie et du climat avant de prendre la tête du bureau des marchés carbone de la DGEC entre 2011 et 2014. Depuis avril 2014, elle travaillait pour le WWF France comme directrice des programmes de conservation en charge des équipes du département de la biodiversité et de l’empreinte écologique.

 

Énergies renouvelables

UE – Un projet de rapport du Parlement européen envisage de rehausser les objectifs ENR 2030 – Ce projet de rapport de la commission de l’Industrie, de la Recherche et de l’Énergie, rendu public le 22 mai par Politico, porte sur la révision de la directive sur la promotion de l’utilisation d’énergie produite à partir de sources renouvelables. L’eurodéputé espagnol et rapporteur du projet, José Blanco López, propose de relever à « au moins 35 % » l’objectif d’ENR dans le mix énergétique en 2030, car l’objectif de 27 % fixé « avant la signature de l’accord de Paris », était basé sur des estimations de coûts technologiques « trop pessimistes » et maintenant « dépassées ». Il propose également de réintroduire des objectifs nationaux contraignants pour 2030.

 

Climat

INT – L’action pour le climat dopera le PIB des pays du G20 de 1 % d’ici à 2021 – Selon le scénario « transition résolue » présenté dans un rapport de l’OCDE remis hier à la présidence allemande du G20 à Petersberg, ce chiffre sera de 2,8 % d’ici à 2050, par rapport au scénario de base fondé sur les politiques existantes. Selon le rapport, cet écart atteint les 5 % quand les pertes liées au changement climatique (aux tempêtes par exemple) sont prises en compte. L’OCDE encourage les pays du G20 à « combiner des politiques climatiques comme le prix du carbone avec des politiques économiques de soutien pour stimuler la croissance axée sur l’investissement dans des infrastructures à faibles émissions et résistantes au climat ».

INT – Angela Merkel favorable à un marché mondial du carbone – Il permettrait d’inciter « la production la plus efficace possible, tout en excluant une distorsion de la concurrence », a déclaré hier la chancelière allemande dans un discours prononcé à l’occasion du dialogue Petersberg, selon Clean Energy Wire. Elle a également déclaré que la plateforme d’échange sur le sujet, mise en place par l’Allemagne lors de sa présidence du G7 en 2015, pourrait « être étendue au G20 très facilement ». La veille, l’Allemagne et la Chine avaient appelé les États-Unis à ne pas abandonner l’accord de Paris. Dans le même temps, la ministre de l’Environnement allemande, Barbara Hendricks, a assuré qu’un départ n’entraînerait pas « d’effet domino ».

 

Prix de l’énergie

R-U – Les énergéticiens britanniques font pression sur le projet de plafonnement des prix – Les fournisseurs d’électricité et de gaz ont proposé un compromis au gouvernement pour que seulement six millions de foyers bénéficient d’un plafonnement de leur facture, contre les 17 millions initialement promis par la Première ministre, Theresa May, a rapporté le Guardian le 22 mai. Les énergéticiens ont proposé que le plafonnement actuel, qui concerne quatre millions de foyers, soit étendu à deux millions de foyers supplémentaires, qui bénéficient déjà d’une réduction de 140 livres sur leur facture d’électricité.

 

Aides d’État

UE – Les énergo-intensifs allemands et italiens pourront bénéficier d’une réduction de prélèvement – Ces prélèvements imposés sur la consommation d’électricité, que perçoivent les gestionnaires de réseau, servent à financer le soutien aux exploitants de centrales de cogénération à haut rendement en Allemagne. La Commission européennea autorisé hier une réduction de ces prélèvements pour les entreprises à forte consommation d’énergie confrontées au commerce international. Un plafond à 85 % du prélèvement a été établi pour ces réductions. Une disposition similaire a également été autorisée pour l’Italie. Elle concerne le soutien à la cogénération d’électricité et de chaleur et à l’électricité d’origine renouvelable.

 

Électricité

UE – Les propositions de l’Acer pour faciliter la flexibilité – L’Agence de coopération des régulateurs de l’énergie a publié une note le 22 mai, qui a pour but d’aider les institutions européennes à évaluer les propositions du paquet d’hiver sur ce mécanisme qui permet au marché de répondre aux fluctuations de l’offre et de la demande.

 

Réseaux de chaleur

FR – Le dispositif TEPCV favorise le développement des réseaux de chaleur – Dansune étude publiée hier, le Cerema s’est penché sur 212 lauréats de l’appel à projets « Territoires à énergie positive pour la croissance verte » désignés en février 2015. 36 d’entre eux disposent d’un réseau de chaleur. Malgré une incompatibilité entre le fonds chaleur et les subventions de l’appel à projets, les actions de quatorze territoires ont pu être soutenues pour un total de 743 226 euros, avec un niveau d’aide moyen de 61 % par action. Ces financements ont permis l’émergence de projets tels qu’un outil de modélisation énergétique de territoire intégrant l’ensemble de la chaîne de valeur énergétique ou la mise en œuvre d’un fonds chaleur solaire local.