Polynésie française: La Fondation Pew présente les lauréats de son appel à projets

08/04/2017 at 14 h 34 min

 No Comment   

Un parc à poisson en Polynésie, une des méthodes anciennes, encore pratiquée dans les îles polynésiennes, pour capturer et conserver le poisson ©Tahiti-Héritage

Jeudi 6 avil à Papeete, la Fondation Pew et la Fédération des associations de protection de l’environnement (Fape) ont présenté les 10 lauréats de leur appel à projets lancé en décembre dernier. Les projets sélectionnés bénéficieront d »une bourse de 500 000 Fcfp (4 190 euros).

Pour rappel, l’appel à projet de la Fondation Pew et de la Fape visait à contribuer à la protection des lagons à travers des initiatives de « rāhui », principe Polynésien ancestral de gestion des richesses naturelles. En tout, 29 associations, entreprises ou groupement scolaire ont répondu à l’appel à projets lancé par les deux organisation, rapporte Radio 1 Tahiti.

Parmi les lauréats, l’établissement scolaire Sacré-Coeur, situé dans la commune de Taravao (Tahiti), pourra ainsi développer son « aire marine éducative », un programme scolaire de sensibilisation au développement durable pour les classes de maternelles à la primaire, déjà mis en place par l’établissement. De son côté, Jonathan Aroita, étudiant en droit et président de l’association Green Polynesian, compte réaliser des « green vlogs » (blogs vidéo), « je n’ai pas vu beaucoup de vlogers faire des actions vertes (…) et je voulais vraiment mettre en avant les actions vertes qui font du bien au Fenua ».

Le slauréats autour de Jérôme Petit, représentant de Pew en Polynésie ©Radio 1 Tahiti

Le slauréats autour de Jérôme Petit, représentant de Pew en Polynésie ©Radio 1 Tahiti

D’autres projets ont été portés par des associations ou organismes situés dans les îles polynésiennes plus éloignées. Sur l’île de Raivavae, dans l’archipel méridional des Australes, un projet d’accueil éco-touristique avec une immersion des touristes dans la vie de la population durant un mois a séduit le jury de l’appel à projets. Sur l’île de Raiatea, dans l’archipel de la Société, l’association Colibri souhaite sensibiliser aux impacts de la terre sur le lagon. Les habitants de Makatea, dont le phosphate fut exploité de 1917 à 1966, se sont mobilisés pour mettre en place un programme de protection de la tortue et du maoa (burgau).

à Rapa, aux îles Australes, le rahui est toujours pratiqué ©Manu San Félix / National Geographic

à Rapa, aux îles Australes, le rahui est toujours pratiqué ©Manu San Félix / National Geographic

Enfin, la Fondation Pew et la Fape ont également retenu un projet de « serious game » sur le thème du rāhui, un concours de danse toujours sur le même thème, un projet de création d’un dictionnaire des espèces marines à Rurutu (îles Australes) ou encore un projet de présentation des légendes de la pointe des pêcheurs pour la restauration des coraux. Sur l’île de Huahine (archipel de la Société), l’association Paruru te tairoto Haapu a été retenue pour son projet de promotion d’un rāhui alterné, mis en place depuis 2011.