Comprendre : les chiffres éloquents de la situation économique guyanaise

29/03/2017 at 7 h 23 min

remarquable travail de nos confrères de La Croix:

Blocage des routes à Cayenne, le 26 mars 2017.

ZOOM 

Blocage des routes à Cayenne, le 26 mars 2017. / Jody Amiet/AFP

Secouée par une colère sociale de grande ampleur, la Guyane, vaste territoire ultramarin d’Amérique du Sud (83533 km2), est minée par le chômage et l’insécurité, en dépit d’atouts importants comme son centre spatial de Kourou et sa forêt équatoriale, une des plus riches du monde en matière de biodiversité animale et végétale.

À LIRE : « Guyane, une longue histoire de promesses non tenues »

35 % de la population de nationalité étrangère

La population en Guyane, environ 244 118 habitants, est très diversifiée. Les créoles, majoritaires (40 %), côtoient les Amérindiens et les Noirs-marrons (descendants d’esclaves). Le nombre d’habitants est en hausse constante, en raison notamment de l’immigration venue du Brésil, d’Haïti ou du Surinam.

A 7 000 km de Paris, la Guyane est le seul DOM-COM habité à ne pas être une île, et le seul territoire de l’Union européenne à avoir une frontière avec des pays d’Amérique latine. Ce territoire exerce une forte attractivité économique et sociale pour les Haïtiens, les Brésiliens et les Surinamais.

À LIRE : Guyane, comment en est-on arrivé là ?

Le département a ainsi enregistré plus de 40 % des demandes d’asile reçues par la France en outre-mer en 2013. Et la population de nationalité étrangère représente 35 % de la population totale.

23 % de la population au chômage

Le taux de chômage en Guyane, de 23 % de la population active (contre 9,8 % sur l’ensemble du territoire français), grimpe en effet à 44 % chez les 15-24 ans (1). Huit emplois sur dix concernent le secteur tertiaire (administration, éducation, santé, action sociale).

En 2014, le PIB par habitant en Guyane s’établissait à 16 057 euros, soit moitié moins qu’en France métropolitaine (32 736 euros). Le PIB total s’élevait à 4 076 millions d’euros. Conséquence logique, la pauvreté affecte 87 000 personnes en Guyane, soit un taux de pauvreté de 44,3 % contre 14 % pour la France entière.

16 % de la population active à Kourou

Le Centre spatial Guyanais emploie aujourd’hui près de 1685 salariés qui assurent l’exploitation et le maintien en conditions opérationnelles de la base, auxquelles il faut ajouter les salariés qui peuvent être embauchés provisoirement sur les chantiers de développement et de renouvellement des installations ainsi que 100 à 200 personnes en mission de courte durée pour chaque campagne de lancement.

À LIRE : La base de Kourou, locomotive économique de la Guyane

Selon l’Insee, il faut multiplier le nombre d’emplois directs par cinq pour estimer le nombre d’emplois induits dans l’économie guyanaise. Au total, on peut donc estimer à environ 9 000 le nombre d’emplois générés par l’activité spatiale en Guyane, soit 16 % de la population active.

42 homicides en 2016

La Guyane détient le triste privilège d’être le territoire français le plus meurtrier par nombre d’habitants avec 42 homicides (en majorité par armes à feu) commis en 2016, contre 38 en 2015. Le nombre de vols avec violence augmente régulièrement, passant de 1694 en 2014 à 2338 en 2016. Le nombre de « mules » (passeurs de cocaïne) est passé de 183 en 2014 à 371 en 2016.

6500 orpailleurs clandestins

L’or local est exploité depuis 150 ans. S’il existe une façon légale de procéder (soumise au code minier), l’orpaillage illégal est, lui, un fléau. Il a de lourdes conséquences sur l’environnement (déboisement, mercure dans les rivières etc), l’économie et l’insécurité (agressions, prostitution, contrebande).

Les orpailleurs clandestins sont estimés aujourd’hui par les autorités à environ 6500, contre 5500 il y a un an. Un peu plus de 3 kilos d’or ont été saisis en 2016 en Guyane pour une production illégale estimée à 3,6 tonnes. Depuis 2008, l’opération militaire « Harpie » est en charge de la lutte contre cette activité.

Frédérique Schneider