Semaine bleue: Segolène Royal a lancé les initiatives océans pour le climat

22/02/2017 at 20 h 42 min
Le mercredi 22 février, s’est tenue la première réunion de l’Alliance, annoncée par Ségolène Royal à la COP22. Elle a réuni bailleurs(Banque mondiale, Banque africaine de développement, Commission européenne, AFD, Fonds français pour l’Environnement mondial),organisations internationales (CCNUCC, UNESCO, FAO, PNUE, Office des migrations internationales), scientifiquesONG,représentants de gouvernementsde collectivités et d’entreprises. Soutenue financièrement par la France, animée par la Plateforme océan climat, cette alliance fait suite à la mobilisation de la Présidente de la COP21 qui a permis le lancement d’un agenda de l’action océan climat dès la Conférence de Paris en 2015.1.   La rencontre a permis aux partenaires de présenter l’avancement des 18 initiatives portées par l’Alliance, notamment :

·     Le développement d’économies résilientes au climat en Afrique avec un objectif de mobilisation de 3 milliards de dollarspour l’« African Package for Climate-Resilient Ocean Economies ». De nombreux projets pilotes ont été déclenchés partout en Afrique. Le programme WACA, sur le risque côtier dans le golfe de Guinée, bénéficiera ainsi du soutien de la France en faveur de projets pilotes au Togo, au Sénégal et au Bénin et entend mobiliser 200 millions de dollars pour la région.

· L’Initiative internationale pour les récifs coralliens (ICRI), co-animé par la France et Madagascar, mobilisera les États et les acteurs autour de plusieurs objectifs clé du plan d’action adopté en novembre : protection des récifs, mangroves et herbiers par les États, suppression des microbilles plastiques, mobilisation des bailleurs autour de projets emblématiques de préservations des récifs et des mangroves.

· L’Alliance internationale pour combattre l’acidification des océans a initié des programmes de recherche et accompagnera les pays membres dans la mise en place de plans d’action face à ce phénomène.

·     L’initiative CREWS sur les systèmes d’alerte précoce a déjà mobilisé 30 millions de dollars de dons, avec un objectif de 100 millions en 2020, et a lancé de premiers projets à la COP22.

·     L’initiative îles durables (Sustainable Island Initiative), dotée de 5 millions d’euros, qui a permis de lancer des projets pilotes dans 13 îles pour aider les autorités locales à lutter contre le changement climatique (traitement des déchets, énergies renouvelables, gestion des ressources en eau, protection de la biodiversité et transition bas carbone).

·  L’initiative pour les petits États insulaires en développement « SIDs Lighthouse », qui a lancé 16 projets d’énergies renouvelables dans les îles depuis la COP21, représentant 368 MW et 1 milliard de dollars. La France appuie la réalisation d’une cartographie du potentiel d’énergie renouvelable marine dans les Caraïbes.

2. L’Alliance a confirmé l’engagement de la communauté scientifique internationale au service du climat et de l’océan. 

3.   L’Alliance s’est dotée d’une feuille de route pour 2017, avec :

·     3 rencontres de haut niveau : lors de la conférence sur l’ODD 14 en juin à New-York, lors de la Conférence Our Ocean à Malte en septembre et lors de la COP23 sous présidence fidjienne.

Un rapport annuel sur la dynamique de l’action dans le champ océan-climat, afin d’assurer le sérieux dans le suivi des engagements et de contribuer aux échéances climat sur le relèvement de l’ambition.

4.   Ségolène Royal a annoncé son soutien au lancement par la Plateforme océan climat, d’un incubateur de projets et précisé les objectifs de l’Alliance pour 2017 :·       Soutien d’ici fin 2017, à 10 projets de protection des mangroves, dans tous les continents (la France est elle-même déjà très mobilisée, avec des objectifs sur son territoire et plusieurs projets lancés, avec ses instruments de coopération, dans le golfe de Guinée, aux Philippines et au Costa Rica).

·   Lancement d’une initiative sur les énergies marines dans la Grande Caraïbe, qui sera présente lors de la conférence sur la protection de la mer des Caraïbes (Convention de Carthagène), que la France préside du 13 au 17 mars en Guyane.

·      Mobilisation du transport maritime autour de projets de labels de suivi de leurs émissions de polluants.

La France se mobilise aussi pour soutenir les dynamiques régionales autour de l’Océan et du Climat : Plan Méditerranée, risque côtier en Afrique, petits États insulaires, stratégie européenne.

L’Alliance en quelques dates :

–      2014 : création de la plateforme océan-climat, un partenariat mobilisant aujourd’hui plus de 70 institutions.

–      2015 : lancement par Ségolène Royal d’un agenda de l’action océan-climat lors de la COP21, dont l’organisation a été soutenue par la plateforme océan-climat.

–      Avril 2016 : à l’invitation de la France, dialogue de haut niveau organisé à New-York, permettant d’accélérer la mobilisation en faveur de plusieurs initiatives, notamment le programme WACA sur le risque côtier en Afrique.

–     Septembre 2016 : lancement des initiatives Méditerranée, sacs plastique, et acidification de l’océan en marge de la Conférence « Our Ocean » à Washington.

–      Novembre 2016 : adoption du plan de l’action de l’initiative internationale sur les récifs coralliens, qui mobilise 37 pays et 70 membres au total.

–      Novembre 2016 : annonce du lancement de l’Alliance lors de la journée océan de la COP22 et de l’événement « Because the Ocean » organisé sur le pavillon français.

 

Chiffres clés :

–  18 initiatives rassemblées, sur tous les thèmes.

–  200 organisations, pays acteurs impliquées dans ces initiatives.

–  Un conseil scientifique international de la plateforme océan climat, prêt à s’investir dans une logique « Science to action ».