2020 se prépare déjà dans l’espace.Objectifs: fleuves et littoraux

15/11/2016 at 15 h 18 min

 

Dans le cadre de la cop 22 Séglène Royal vient de réunir sept institutions de recherches françaises qui s’allient dans le suivi de l’eau dans le domaine satellitaire (AFD, CNES, OIEau, CNR, IRD, Irstea, BRLI)

 Depuis quelques années déjà, le satellite Grace réussit à mesurer la quantité d’eau présente dans le sous sol.

Mais dès 2020, le satellite SWOT, dans le cadre d’une mission franco américaine prendra la relève. Il emportera à 891 km d’altitude un altimètre capable de surveiller les fleuves et lacs de notre planète. La technologie est complexe et en rupture avec les précédentes méthodes de mesure (pour les passsionnés voir https://swot.cnes.fr/fr). Selon des méthodes à fiabiliser, à des estimations de débit , swot permettrait d’ameliorer le smodeles d esurveillance des fleuves.

Bien sûr la première utilité de SWOT sera d’aider « Dans le cas des pays partageant un même bassin hydrologique, à partager les connaissances et données des cours d’eau pour mieux utiliser les ressources communes en particulier dans un contexte de changements climatiques. » a déclaré la Ministre et le premier accord vient d’être signé autour de la gestion du Bassin du Congo dont les enjeux sont exceptionnels : 204 millions d’hectares de forêts tropicales humides (puits de carbone), 60 % de la biodiversité africaine, 25.000 km de voies navigables, 100 GW de potentiel hydroélectrique.

Certes l’Afrique mais la Guyane aussi attend des réponses. SWOT permettrait il d’y parvenir?

Le débit des fleuves guyanais reste pour l’instant inconnu . Ces connaissances sont depuis longtemps réclamées au BRGM par la députée Chantal Berthelot . Swot apportera t il cette réponse importante ? Elle permettrait de doter la Guyane de sources énergétiques à partir de l’hydraulique plutôt qu’adopter la solution d’un second barrage éminement polluant en GES ? Cela signifierait que la recherche française a les moyens d répondre à une demande française. Mais un département français pourra t il bénéficier « Des modalités de financements adaptés fondées sur des subventions ou des dons en ce qui concerne les pays les plus vulnérables. » ?

Très attendu également, SWOT permettra d’étudier la circulation cotière et d’affiner les modéles de prévision climatique actuelle. Dans ce cadre, toutes les îles sont en attente.

Dominique Martin Ferrari

Tags: