Un observatoire de la biodiversité amazonienne bientôt en Guyane

14/09/2016 at 7 h 58 min
La Guyane n’aura pas le siège de l’Agence Française pour la biodiversité (AFB) comme elle le méritait eu égard à son poids dans le répertoire de la biodiversité française, mais elle aura son antenne, l’observatoire de la biodiversité amazonienne de Guyane, une version territoriale qui fonctionnera en collaboration avec l’Etat et la CTG (collectivité territoriale guyanaise, présidée par Rodolphe Alexandre).
 
Barbara Pompili, secrétaire d’Etat et actuelle secrétaire générale de l’AFB viendra l’installer au mois d’Octobre. 
Patrick Lecante , maire de Montsinéry-Tonnégrande, président du Comité de bassin de Guyane et membre de l’Onema ( Office national de l’eau et des milieux aquatiques) est en bonne place pour en être le président. 
Outre préserver la biodiversité , la gestion de l’eau et son accès pour tous,  comme le font toutes les antennes régionales, l’antenne guyanaise aura à résoudre deux  questions épineuses et spécifiques: la question transfrontalière de la présence de mercure dans les eaux du fleuve avec l’incursion des garimpeiros, et celle  du partage des avantages issus de la biodiversité avec les populations autochtones amérindiennes, bushinengués et créoles. 
Cette dernière question dans la loi biodiversité désormais adoptée et après la ratification du protocole de Nagoya, malgré les efforts de Chantal Berthelot,  reste insatisfaisante. Une commission juridique à laquelle participe Felix Tiouka aux côtés de juristes internationaux poursuit ses travaux